top of page

Le messager T.2 : Génotype de Marie-Jeanne Rioux

⭐ Service de Presse ⭐ | 📖 Lecture commune 📖


TITRE : Génotype

SÉRIE : Le messager

AUTEURE : Marie-Jeanne Rioux

ÉDITION: Édiligne


GENRE LITTÉRAIRE : Romance post-apocalyptique de science-fiction

NOMBRE DE PAGES : 452


RÉSUMÉ : Je suis Shawn Rey : musicien extraverti et génie de l’électronique. Sortant d’un coma imposé, je me retrouve en plein cauchemar. Pendant qu’Émeraude sauve le système planétaire voisin, je pars à la recherche de Lana en compagnie d’un agent illégalement beau. Il arrive à fissurer le bouclier de mon coeur… et ça me pétrifie. Ma lionne est en danger et je l’ai tout bonnement laissée partir.


Moi, Aspen, j’ai voulu vivre, enfin. Mais Amélia en a décidé autrement. Elle a souillé ma précieuse Terrienne, juste avant de me jeter dans une cellule. Une odeur me file la nausée. Ma vision se brouille, des idées sombres parasitent mon esprit et j’ai l’impression de voir mon âme noircir.

 

AVIS DE MIONE :


Comme Ann-Julie, j’ai préféré le premier tome au deuxième qui a été difficile pour moi d’apprécier. J’ai essayé plusieurs fois d’embarquer, malheureusement, j’ai vite compris que la structure du roman n’était pas faite pour moi. J’avais hâte de reprendre là où le cliffhanger du premier tome nous avait laissés, mais j’ai été dépitée de voir que l’action que j’espérais ne s’y trouvait pas. Je pense que c’est ce qui m’a déçue de ma lecture, il n’y a pas assez d’action. Oui, mais c’est une romance, me diriez-vous. C’est vrai, mais le contexte de l’histoire aurait permis un peu plus que juste l’amour.


L’élément principal, je crois, qui a fait en sorte que je n’ai pas pu accrocher à ce deuxième tome, c’est Shawn. Autant avec Émeraude, je le trouve adorable, drôle et limite parfait, autant avec Edan, je le trouvais agaçant. Peut-être est-ce simplement sa personnalité extravertie qui ne fonctionne pas avec la mienne, je ne sais pas. Mais je m’ennuyais en sa présence, ce qui est dommage, surtout qu’il est le narrateur principal du premier tiers du livre. Je n’aimais pas que ses pensées soient, sans cesse, interrompues par des commentaires sur le physique d’Edan et, surtout, est venu un moment où « l’agent sexy » me tapait sur les nerfs. Les premiers chapitres sont longs et lents, à mon avis, car ils ne servent qu’à illustrer l’évolution de la relation entre le terrien et l’ursidien. Shawn part à la recherche de Lana, mais le lecteur connaît déjà son emplacement, il n’y a pas de suspense.


Ça, c’est aussi un autre élément qui m’a déplu dans ce tome : on avait tous les punchs à l’avance. Il n’y avait pas de grandes révélations aux bonnes places, car soit c’était mentionné par un autre narrateur dans un contexte qui menait à un dévoilement en mode « voici et voilà » au lieu que ça fasse bang. Et un punch, il vient une fois. J’aurais souhaité que ce soit privilégié aux bons moments et aux bons narrateurs pour donner l’élément de surprise. Marie-Jeanne accorde beaucoup de temps aux détails et, oui, c’est intéressant quand on a plusieurs visions de personnages concernant une situation. Je trouvais juste que les punchs étaient mal disposés, ce qui a rendu, malheureusement, la lecture ennuyeuse pour moi. On se retrouve principalement dans les réflexions au lieu d’avoir une once de mystère comme dans le premier tome. Ce n’était pas autant entrainant.


Néanmoins, j’ai adoré les multiples narrateurs, c’est le point fort, pour moi, de ce tome. On découvre également le point de vue d’ennemi, ce qui permet au lecteur de voir des deux côtés avec une touche neutre, bien qu’Amélia soit tellement horrible qu’il est impossible d’avoir une once d’empathie à son égard. J’ai aimé la détester et j’ai aimé apprécier son mari, Charles. J’aurais pris plus de chapitres avec l’homme justement. C’était bien écrit, il y avait une once de vulnérabilité tout en étant très ancré dans son devoir de rebelle. En fait, ce que j’aime des romans de Marie-Jeanne, et c’était quelque chose que j’avais mentionné aussi avec Les Élus, c’est que chacun de ses personnages a une personnalité différente, ce qui rend leur narration différente. Ça, j'adore.

J’aurais aussi aimé qu’Aspen et Émeraude soient là plus souvent. Ils ont une personnalité que j’adore et leur relation est belle, unique, précieuse. Or, lorsqu’Émeraude arrive sur Terre, il n’y a pas de suspense et le mystère entourant l’emprisonnement d’Aspen s’essouffle. Le jeune homme se retrouve soudainement libéré sans plus de précisions ni de détail. On n’a pas la scène, il ne fait qu’apparaître. J’ai trouvé ça dommage. J’aurais aimé une scène d’action, qu’on se concentre sur l’anxiété d’Émeraude le concernant, qu’il y ait une profondeur au récit qui va au-delà de juste les sentiments amoureux et les quelques scènes spicy entre Shawn et Edan. Cependant, malgré leur temps séparé, à cause d’éléments que je vous laisse découvrir, j’ai pu apprécier de nouveau leur lien unique et leur amour. Vraiment, le couple Émeraude et Aspen est THE element que j’aime de cette duologie.


Heureusement pour moi, la troisième partie amène plus d’action, ce que j’ai apprécié. Même si les résolutions de conflits sont assez faciles, j’ai apprécié la construction et les idées. Malgré plusieurs éléments prévisibles, j’ai été surprise par d’autres et j’ai aussi aimé ce point de ma lecture. Bien entendu, comme Ann-Julie vous le dira plus bas, j’aurais aimé qu’il y ait une plus grande profondeur sur la rébellion terrienne, que ce soit plus long, plus complexe. Ils ont vécu des atrocités aussi, pourtant j’ai eu l’impression que c’était en surface.

J’ai aussi trouvé très logique les deux décès parmi les alliés, mais une partie de moi qui aurait aimé qu’il y ait plus de morts des deux côtés. Trop s’en sortent bien. Mais, heureusement pour le lecteur, l’épilogue nous apporte un happy end assez doux.

En général, le livre était correct pour moi, je n’ai pas été enchantée, mais je ne l’ai pas du tout trouvé mauvais, simplement que plusieurs points du roman ne m’enchantaient pas en tant que lectrice, ça ne rentrait pas dans mes goûts et ça l’arrive. Bien sûr, j’ai été déçue de retrouver des points que j’avais moins aimés dans Les Élus dans cette deuxième duologie, mais ça fait partie du style de Marie-Jeanne. Je vais continuer à la lire, car j’apprécie la personne qu’elle est et l’auteure qui arrive à nous inventer des histoires avec des émotions intenses avec plusieurs de ses couples. Aspen et Émeraude seront difficiles à déloger dans mes favoris.



AVIS D'ANN-JULIE :





Après la fin mouvementée du premier tome, j’avais hâte de découvrir ce qu’il adviendrait des personnages dans le second tome. J’adore la tension que l’auteure a su créer à la fin du premier roman et les enjeux auxquels sont confrontés les personnages. Bien qu’on ait une petite pause au début du récit en suivant plutôt les péripéties de Shawn qui part à la recherche de Lana en compagnie de l’agent Edan, lorsqu’on retrouve le personnage d’Émeraude, la suite des événements s’enchaîne assez rapidement.


Je dois avouer avoir préféré le premier tome qui se concentrait davantage sur Aspen et Émeraude. Shawn est un personnage que j’apprécie énormément dans sa relation avec Émeraude. Pour moi, ces deux-là ont un lien indéfinissable et pur qui dépasse tout ce que je connais et ce que j’ai pu voir dans les romans. On a envie d’avoir un ami comme Shawn. Par contre, je dois dire que je ne m’attendais pas à le déprécier. Je m’explique : son caractère extraverti et le flux de ses pensées agrémenté de réflexions sur le physique d’Edan m’ont moins accroché que la personnalité douce et attachante d’Émeraude. J’ai vraiment senti une différence entre les deux, ce qui signifie que l’auteure a réussi à créer des narrateurs complètement différents et avec des personnalités opposées. Je pense que j’ai été moins séduite par Shawn puisque je suis plus introvertie. La lecture a été plus facile pour moi à l’arrivée d’Émeraude et d’Aspen. Émeraude est l’un de mes personnages préférés. J’aime la suivre dans ses péripéties et la voir triompher de ses ennemis.


Le retour d’Aspen dans le roman m’a prise de court, je ne m’attendais pas à ce qu’on le retrouve aussi rapidement. J’avais cru qu’à la libération de celui-ci, les personnages auraient affronté Amélia et son acolyte, Erin, mais je m’étais trompée. Je dois dire que j’aurais vraiment aimé voir la libération d’Aspen. Mais je comprends que c’est une romance et que c’est moi qui en veux peut-être plus, héhé. Comme dit dans la critique du premier tome, j’aime quand il y a de l’action (peut-être beaucoup). J’ai senti qu’il y en avait moins que dans le premier, mais étant donné qu’il s’agit d’une romance, je peux comprendre que le récit se focalise davantage sur les relations entre les personnages. Je pense aussi que d’avoir la même scène vue par Shawn, Aspen et Émeraude ralentissait le rythme de l’histoire. C’est mon avis personnel puisque j’aime le sang, la violence et les morts (j’ai l’air d’une psychopathe, tout à coup !).


En parlant de morts, j’ai été assez surprise que l’auteure tue deux personnages secondaires. Je ne vais pas vous vendre le punch, mais disons qu’un me paraissait logique et que l’autre, je ne m’en attendais pas. J’aime bien qu’il y ait eu quelques victimes de cette querelle entre les Ursidiens et les Terriens. D’ailleurs, la révolte des Terriens a été, à mon avis, courte. J’aurais voulu plus de dissensions, mais je sais, c’est une duologie, on ne peut pas tout voir.


Le roman se termine assez bien. C’était prévisible que les choses allaient bien tourner et que les personnages n’allaient pas se laisser entraîner dans le cycle vicieux de la violence connaissant la plume de l’auteure. Je dois dire toutefois que j’aurais réduit en poussière cette Amélia, mais je m’égare.


L’un des aspects que j’apprécie beaucoup de ma lecture de la série du Messager est les dimensions sociale et environnementale que met de l’avant l’auteure subtilement à travers le récit. Dans le premier tome, on nous prévient de la fragilité de la terre et des changements que l’être humain doit mettre en place pour préserver notre belle planète bleue. Dans ce second tome, deux sujets importants ont été abordés. Le premier est l’homophobie qui est décriée avec humour et finesse. On ressent l’absurdité d’une telle peur et son manque de fondement. Si vous voulez lire cette partie, rendez-vous à la page 72. Le deuxième point traité par l’auteure est l’abandon massif des animaux de compagnie. On parle d’un chien laissé dans un refuge pour cause qu’il gruge les meubles alors qu’il n’avait que trois mois. Mère de deux chiens dont une chienne provenant d’un refuge, je suis 100 % d’accord avec l’argument soulevé par l’auteure.


J’ai apprécié ma lecture, même si j’aurais aimé plus d’actions et en savoir plus sur certains personnages, comme la psychologie d’Amélia. Somme tout, c’est un univers complexe très bien construit. On voit que l’auteure a pris soin d’en penser toutes les facettes.


À toi de te faire ta propre opinion en achetant le livre en cliquant ci-dessous :


Posts récents

Voir tout

Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page