top of page
  • Photo du rédacteurMione

Le jour où la terre a tremblé, t.2 : Déracinée de Dïana Bélice

❤️Alerte coup de cœur ! ❤️

Critique du tome 1 : Poussières

TITRE : Déracinée

SÉRIE : Le jour où la terre a tremblé

AUTEURE : Dïana Bélice

ÉDITION : Dominique et compagnie


GENRE LITTÉRAIRE : Jeunesse

NOMBRE DE PAGES : 138


RÉSUMÉ : Après le tremblement de terre du 12 janvier 2010, la vie de Cornélie s'est écroulée comme presque tout en Haïti. Elle est donc forcée de quitter son île adorée pour aller vivre à Montréal avec sa tante. Là bas, elle doit s'adapter à une nouvelle vie en quelques semaines alors qu'elle n'a même pas eu le temps d'apprivoiser ses deuils et de faire face aux énormes traumatismes qu'elle a vécu. Comment se reconstruire sans trahir qui on est vraiment et ceux qu'on a laissé derrière soi?

 

MON AVIS :


Cette duologie va m'avoir marqué profondément... Comme mentionné dans la critique du premier tome, lors du séisme qui a sévi à Haïti, j'étais jeune, adolescente, née au Canada, blanche... je ne m'intéressais pas à ce qui se passait ailleurs... Maintenant, en tant qu'adulte, lire sur ce tragique événement m'a ouvert les yeux sur beaucoup de choses. Le personnage de Cornélie est touchant, mais ce qui fracasse le plus avec le roman, ce n'est pas le tremblement de terre en soi, mais les dégâts que ça l'a causé aux habitants, dont Cornélie et sa famille. Ce sont les séquelles du désastre qui est mis de l'avant sans censure, sans camoufler l'horreur des choses. Et comme ce tome se concentre principalement sur l'adolescente, j'ai pu constater à travers le texte à quel point la vie de milliers de personnes a été bouleversée. C'est pourquoi j'ai préféré ce tome-ci.

Dans cette suite, la jeune haïtienne débarque au pays des ours polaires et du froid arctique : le Canada. C'est tout un dépaysement. Passer d'une île chaude à l'hiver québécois, ce n'est pas facile, surtout pas après un traumatisme aussi grand que celui vécu par Cornélie. Le plus difficile en fait, c'est que la pauvre vit tellement d'horreur que tu en oublies qu'elle n'a que 13 ans ! Ce n'est qu'une enfant ! Et quand tu penses à sa cousine qui se prostitue sur Haïti pour survivre et qu'elles ont sensiblement le même âge... c'est affreux ! Je n'ai pas de mots. Je sais que c'est une fiction, mais je sais aussi que ces personnages sont inspirés de vraies Haïtiennes. Pas des jeunes filles précises, mais simplement des citoyennes qui ont vécu le drame. Donc imaginer des fillettes à peine sorties de l'enfance étant obligées de fuir leur pays ou se prostituer pour survivre, ça t'arrache le cœur. Elles sont beaucoup trop matures, car la vie leur a arraché leur enfance...

En plus de vivre un déracinement important, de vivre le deuil de son frère et de l'homme qu'elle aimait, en plus d'amis, de voisins, de son pays, Cornélie a le malheur de faire face au racisme en arrivant au Québec par un voisin épais. Ce que j'ai adoré, ce sont les micro-agressions qui sont mentionnées ici et là par l'auteure qui nous présente avec brio l'impact que ça peut causer et surtout que, parfois, on croit bien faire, mais on ne le fait pas correctement. C'est pour ça que j'ai bien apprécié l'ajout des camarades de classe venant de plusieurs endroits dans le monde. Ça montre le multiculturalisme québécois, tout en offrant à Cornélie une ou deux personnes qui, dans un sens, peuvent comprendre un peu sa situation, sans être capable de le faire complètement.


Cornélie est un personnage que j'aime tout simplement d'amour. Elle est si humaine, si gentille, douce, aimable, délicate, mais également forte, courageuse, fonceuse, curieuse. Malheureusement, elle doit surmonter un trouble de stress post-traumatique, comme de nombreuses victimes du séisme... Dïana a réussi à parler du sujet avec beaucoup de sensibilité. C'était très bien exécuté et réaliste. Cornélie est une jeune femme remarquable qui va grandement me manquer maintenant que la duologie est terminée.


J'aimerais mentionner qu'une scène dans le roman m'a complètement déchiré le cœur tout en étant magnifique. Voir l'adolescente regarder une vidéo enregistrer par Calderon avant le séisme... seigneur je ne m'attendais pas à ça et j'ai eu l'impression de recevoir un coup de pelle en pleine face. Les émotions de cette scène sont si intenses que je vous conseille de lire la duologie juste pour vivre ce moment.


Le séisme de 2010 à Haïti a causé bien des séquelles au peuple haïtien. Je remercie l'auteure pour ces deux romans qui ont su m'ouvrir les yeux sur une réalité que je n'avais pas vue à l'époque et qui a su m'émouvoir aux larmes. Encore une fois, Dïana a réussi à me faire vivre une autre de ses histoires.

 



Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page