top of page
  • Photo du rédacteurMione

La cité de sang, t.4 : le sérum de Kathleen Thibault

⭐ Service de Presse ⭐

Critique du tome 1 : Le virus

Critique du tome 2 : L'antidote

Critique du tome 3 : La cure

TITRE : Le sérum

SÉRIE : La cité de sang

AUTEURE : Kathleen Thibault

ÉDITION : Éditions de Mortagne


GENRE LITTÉRAIRE : Dystopie

NOMBRE DE PAGES : 336


RÉSUMÉ : Deux mois sont passés depuis la révolte qui a plongé la cité d’Idrissa dans le chaos. Brynn et Gage sont prisonniers de CURE inc. et l’ARME H demeure sans nouvelles de la terre ferme. Poussés à l’action par la population qui exige des réponses, les rebelles se mettent en quête d’un moyen de communiquer avec leurs alliés.


Pour garantir la sécurité de celle qu’il aime, Gage passe un marché avec le dirigeant de la compagnie pharmaceutique. Il devra retourner à Idrissa et mentir aux habitants concernant la vie à la surface.


De son côté, Brynn est confrontée à une horrible décision. Avec sa propre vie dans la balance, saura-t-elle garder son humanité ?

 

MON AVIS :


C'est fini... J'ai de la misère à croire que cette série est terminée. Dès l'annonce de cette nouvelle dystopie, j'ai embarqué, suivant Brynn, Tanner, puis Gage et l'Arme H. Des péripéties, des trahisons, des retournements de situation et, bien entendu, de la romance, juste assez pour être doux, juste assez pour être bon. Et là c'est fini. JE VIS UN DEUIL OKAY ? Pis un vrai à part de ça, parce que la fin te ramasse avec un coup de pelle dans face... Prépare tes mouchoirs. T'es pas prêt.e à dire adieu à cette série.


Le début du roman reprend exactement là où s'est terminé le troisième tome, pis pour être bien honnête avec vous, l'auteure était mieux, parce qu'avec le cliffhanger qu'elle nous a pitché à la fin de La cure, elle pouvait pas laisser ça trainer trop longtemps, je pense que j'aurais brûlé son roman sans le finir... ou peut-être pas, parce que je voulais justement connaître la suite... Donc, bref ! Gage, l'épais, fait un pacte avec le diable... enfin, je veux dire, le Président de Cure inc. Entre vous et moi, ça revient pas mal au même. Pis pourquoi je le traite d'épais ? Parce que l'ÉPAIS a pas compris que c'était de la grosse manipulation sale pour utiliser Brynn. Son amour l'aveugle. C'est dans ce genre de cas là que je me dis que c'était l'occasion pour Gage de penser avec son deuxième cerveau, celui dans ses bobettes. Heureusement, Brynn, incroyable héroïne qui n'a pas besoin d'un homme pour lui dire quoi faire ni la sauver, viendra remettre Gage à sa place juste à temps dans une scène absolument épique que mon chum a commenté comme étant pas réaliste pentoute. SHUT, c'était malade !


Brynn, dans ce tome, malgré le fait qu'elle soit malade (BEN OUI ELLE A MAL AU VENTRE ! ON LE SAIT DEPUIS LE TOME 1 !) agis en véritable badass. Pew pew ! bang ! get out the way, bitch ! J'aime ce genre de personnage féminin fort dans les romans. Pis que je vois pas un seul gars dire "bOn BeN tU vOiS mÊmE sI tA mAl Au VeNtRe Tu PeUx ÊtRe BaDaSs". Ta yeule. Brynn est différente. Brynn est pas né dans le même moule. Pis même si on s'attend à la fin avec un pincement au cœur, maudit que c'était beau, pis maudit que c'était bon !


De l'action, y'en a partout dans ce roman-là. Ouvre n'importe quelle page, tu vas avoir de l'action ! C'est une finale, tu t'attends à quoi ? J'ai été plongée dès le premier mot, pis je me suis mise à pleurer rendu au dernier. Je l'ai dévoré, comme pas mal tous les tomes de cette série. Quand je vous dis que c'est bon, c'est parce que ce l'est ! Écoutez-moi dont un peu misère...


Quant aux autres personnages... C'est peut-être le seul petit point négatif, pis la raison pour laquelle c'est pas un coup de cœur. La série l'est, je veux dire, j'adore, c'est comme un peu pas mal évident, t'sais. Mais pour une finale, j'ai trouvé qu'il manquait un peu de présence de nos acolytes à Idrissa. L'ajout de trois nouveaux personnages était intéressant, nécessaire même, mais ça laissait un peu moins de place à Wayde, Tanner, Lex, Mabel, Delta et compagnie. Pour la majorité d'entre eux, ils ont une conclusion satisfaisante. J'ai été déçue pour Mabel, personnellement, car c'est un personnage que j'ai adoré, mais qui a manqué de présence dans ce tome. Elle méritait plus. Elle aussi c'est une badass, dans le même moule que Brynn. Don't fuck with her.


Quant à Tanner, ceux qui l'aiment vont être déçus de son absence prolongée dans ce tome. Pour moi, j'étais ben contente ! Même s'il a une rédemption arc, je trouve que l'auteure aurait dû en faire un pas fin après un moment, ça l'aurait rendu plus intéressant. Imaginez comment ça aurait été cool un Enemy to friend to lover to enemy. Insane ! Mais bon, j'étais pas dans la tête de l'auteure, ni dans ses bobettes, faque on se ramasse avec une finale douce pour Tanner et une grosse absence de sa part pour mon plus grand plaisir. Team Gage all the way.


Quant à la fin... Écoutez. La marde pogne, mais heureusement pour nos copinos, moins intensément que dans le troisième tome. Okay, y'a des pertes, c'est un peu normal, je viens de vous le dire, la marde a pogne ! Mais c'était assez bien préparé pour nous mener à un épilogue qui va vous faire chialer autant que moi. Pis chialer dans le sens braillé comme de petits agneaux qui ont perdu de vue leur maman dans un Walmart pendant 26 secondes et trois quarts. C'était doux, c'était beau, c'était réaliste (kinda pour une dystopie), c'était positif, c'était juste incroyable. Ce qui m'a le plus touché, c'est la relation qui s'est développée entre Gage et Paisley après les épreuves de la Cité et sur la terre ferme. Pis si pendant une seule seconde t'a pensé qu'ils finissaient en couple après avoir lu ma dernière phrase, get out. Pas ce genre de relation ! Genre de relation entre un père et sa fille ! Et ils sont proches de New York, pas de l'Alabama, faque on se calme !


Plus sérieusement, suffit les niaiseries, je suis censé être professionnelle... ce dernier tome est venu conclure à merveille une série que j'ai adorée du début à la fin. Rares ont été les déceptions, au contraire, j'ai vécu une multitude d'émotions, de la joie à la colère à la tristesse au désespoir. J'ai aimé vivre l'aventure des personnages et, bien entendu, je suis attristée que ce soit fini, mais il faut bien qu'une histoire s'achève un jour. Kathleen l'a très bien fait. Je veux la lire de nouveau, car j'ai découvert une auteure talentueuse avec La cité de sang.


Cette série vaut la peine si vous aimez la dystopie. Elle n'a rien à envier à Hunger Games ou tout ce qui se fait aux États-Unis. Vous encouragerez une série québécoise qui, sait-on jamais, pourrait peut-être finir sur nos écrans un jour. Sont où les réalisateurs employés par Lionsgate quand on a besoin d'eux ? Pas fiable...


Attends pas, achète le quatrième tome et tous les autres si tu ne les as pas encore (j'sais pas ce que t'attends en vrai....) en cliquant sur le lien ci-dessous :



Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page