top of page

Dix jours avant la fin du monde de Manon Fargetton

❤️Alerte coup de cœur ! ❤️

TITRE : Dix jours avant la fin du monde

SÉRIE/STAND-ALONE : Stand-alone

AUTEURE : Manon Fargetton

MAISON D'ÉDITION : Gallimard

ANNÉE : 2020 (Première édition en 2018)


GENRE LITTÉRAIRE : Dystopie

NOMBRE DE PAGES : 448

LU EN ANGLAIS/EN FRANÇAIS : En français

ORIGINE : France

PUBLIC CIBLE : 12 ans et +


RÉSUMÉ : France, dans les années 2010. Des explosions d'origine inconnue frappent la Terre. Toute vie est condamnée à disparaître d'ici à dix jours. Six jeunes femmes et hommes s'unissent pour mettre fin à cette menace.



MON AVIS :

MON AVIS :


Dix jours avant la fin du monde est un roman qui me donnait envie depuis longtemps et que j’ai tout récemment décidé d’acheter dans son format poche. Le concept m’a attiré — cette idée de suivre six personnages confrontés à une situation catastrophique —, et je n’ai pas été déçue ! J’ai commencé ma lecture et en une soirée, j’ai lu le ¾ alors que le roman fait toute de même près de 450 pages. Ça démontre bien à quel point l’histoire m’a captivé.


Dans ce roman, on suit six protagonistes qui, à l’exception de deux qui forment déjà un couple, ne se connaissent pas et n’ont absolument rien en commun. Un jour, des explosions se produisent en Nouvelle-Zélande et se divisent en deux vagues partant dans chacune leur direction pour détruire la Terre. Dans dix jours, les deux vagues se rejoindront sur un point précis, près de la Bretagne, et l’humanité entière sera éradiquée. Par le fruit du hasard, les six protagonistes vont se rencontrer et décider de passer les derniers jours qui leur restent à vivre ensemble, et peut-être parvenir à trouver une solution et survivre à cette fin du monde.


C’est un roman fort entraînant qui est impossible de lâcher. On est littéralement au bout de notre chaise. On a même l’impression de suivre un film qui défile sous nos yeux. Tout au long du récit, je voulais en savoir plus, je m’inquiétais pour les personnages, je voulais comprendre le phénomène. C’est une lecture exaltante qui nous transporte et qui a la faculté de nous rendre nerveux, voire stressés.


Pour moi, le personnage fort de ce roman est Lili-Ann qui a une quête plus claire que les autres, celle de retrouver sa famille qui l’attend au point de collision des deux vagues d’explosions. Sur son chemin, elle rencontre Valentin, jeune homme qui s’est bâti en se créant de fausses personnalités, Brahim, un chauffeur de taxi affable qui a le bonheur des autres à cœur, ainsi que Sara et Gwen, un couple atypique dans lequel Sara souhaite passer le reste de ces jours dans les bras de Gwen alors que ce dernier préfère écrire son roman étrangement lié aux événements qui se déroulent autour d’eux. À la fin du parcours, les personnages feront la rencontre de Béatrice, une policière, qui veille au bien-être des personnes se réfugiant au point de rencontre des explosions pour attendre la fin du monde.


Ces personnages si différents les uns des autres forment un tout magnifique et on aime apprendre à les connaître alors qu’ils font face à ce destin tragique. Mon coup de cœur est sans conteste Valentin qui m’a bouleversé avec toutes les couches de mal-être qu’il essaie de dissimuler en incarnant des rôles. J’ai aimé la relation que l’auteure a mise en place entre Lili-Ann et lui, qui permettra à Valentin de devenir lui-même, sans pour autant créer une romance passionnelle de fin du monde. On assiste plutôt à deux êtres humains qui essaient de se comprendre, mais la fin imminente ne va pas être un prétexte pour les faire tomber éperdument amoureux. Au contraire, comme le mentionne Lili-Ann, la relation aurait pu se développer, mais le temps manque.


L’aspect qui m’a le plus surprise et plu est l’ajout d’extraits du roman de Gwen. En effet, les chapitres sont entrecoupés d’extraits du livre qui fait écho à la situation. Même si au début, on pourrait croire que cela n’apporte rien à l’histoire, c’est complètement faux. La façon dont les deux intrigues résonnent et conversent ensemble donne des lectures différentes au récit et crée une originalité et une poésie particulière au roman. J’avais envie de découvrir ce qu’avait écrit Gwen et ce qu’il arrivait à prévoir — en effet, plusieurs scènes se transposent dans le réel et c’est perturbant et révélateur pour le lecteur ou la lectrice.


La fin du roman m’a laissé sur ma faim. Je ne veux pas trop en dire, mais j’ai été satisfaite des questions sans réponse (même si c’est frustrant !).


C’était la première fois que je lisais un roman de cette auteure et j’ai adoré sa plume et sa manière de raconter cette histoire. Ça m’a donné envie de découvrir ses autres romans, particulièrement À quoi rêvent les étoiles qui reprend cette idée de suivre différents personnages confrontés à une même situation.



 

EN BREF :


Couverture/résumé : La couverture donne le ton de fin du monde et reprend certaines parties du roman.


Univers/personnages : On suit six personnages principaux, et on en découvre quelques-uns liés à ces personnages durant le récit. L’auteure arrive à nous accrocher à chacun des personnages malgré leur nombre. Valentin et Lili-Ann sont mes deux personnages préférés.


Début du récit : J’aime la normalité de la situation avant que tout dérape. On a quelques pages pour rencontrer les personnages avant que l’apocalypse soit déclarée. J’aime que quelques-uns se croisant avant les événements sans se connaître.


Fin du récit : La fin est terriblement frustrante puisqu’on n’a pas de fin mot pour tous les personnages et on en perd certains en chemin, mais j’ai aimé rester sur ma faim et m’imaginer ce que je veux.


Note générale : C’est un roman impossible à lâcher : on veut savoir ce qui va se passer avec les personnages, s’ils vont survivre, ce qui se passe dans le monde. Je vous le recommande si vous avez envie de vivre des émotions fortes.


Posts récents

Voir tout

Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page