top of page

Fièvre bleue de Magali Laurent

📖 Lecture commune 📖

TITRE : Fièvre bleue

SÉRIE/STAND-ALONE : stand-alone

AUTEURES : Magali Laurent

MAISON D’ÉDITION : HERITAGE

ANNÉE : 2022


GENRE LITTÉRAIRE : Dystopie

NOMBRE DE PAGES : 288

LU EN ANGLAIS/EN FRANÇAIS : En français

ORIGINE : Québec

PUBLIC CIBLE : Jeunesse



RÉSUMÉ : Des symboles indéchiffrables apparaissent sur tous les écrans de la ville. Ils sont à l’origine d’un mystérieux virus qui provoque délires et violences. La fièvre bleue se propage à une telle vitesse qu’Angeline craint de l’attraper avant de rejoindre un abri. Car dans cette société technologique, la moindre image peut être fatale.



 

Ayant lu toutes les deux le roman, nous avons choisi de vous partager chacune notre avis dans cette critique commune. Bonne lecture !

AVIS D'ANN-JULIE :


Fièvre bleue est un roman unique (à ma connaissance) qui nous projette dans un futur où la technologie a pris une place encore plus importante qu’aujourd’hui. Tous les êtres humains sont connectés à des appareils, des lentilles, des écrans et bien d’autres qui eux sont liés ensemble au RÉSEAU. Cependant, un jour, la technologie semble se retourner contre l’humanité.


C’est un univers plausible que nous décrit Magali Laurent dans ce roman, un monde qui n’est pas loin de celui qu’on connaît et qui pourrait apparaître dans quelques années. Ceci rend le roman terrifiant. Bien que le roman ne s’inscrive pas dans le genre de l’horreur, l’idée que la technologie pourrait courir à la perte de l’humanité est un réel phénomène de frayeur. On n’a qu’à penser à tous les films et romans qui traitent de robots tueurs pour s’en rendre compte. J’ai trouvé l’approche de l’auteure beaucoup plus subtile, ce qui rend pour moi l’intrigue encore plus intéressante. Au lieu d’y aller de manière extrême, l’auteure joue avec des possibilités beaucoup plus concrètes. Il y a l’intégration d’une entité extraterrestre, que certains et certaines pourraient voir comme impossible, mais on ne sait pas ce que contient notre univers, alors pourquoi pas ? Dans ce roman, la technologie a un vrai contrôle sur les êtres humains, et j’y ai lu un message, un red flag adressé à l’humanité.


Le récit commence en nous entraînant rapidement dans l’action. C’est un roman qui ventilera les informations plutôt que tout nous déballer sur ce qui est en train de se dérouler, sur ce qu’est le monde et sur ce que cache le passé du personnage principal. Toutefois, on embarque rapidement et on se laisse entraîner dans cette course contre la montre pour comprendre ce qui se passe et l’arrêter avant que tous les êtres humains y passent.


Le personnage d’Angeline (Angie) est très bien construit. Je m’y suis beaucoup attachée, tout comme son chien Daisy qui a une fin désastreuse (c’est dans les premiers chapitres, ne vous inquiétez pas). J’en veux d’ailleurs beaucoup à l’auteure pour ça…


Malgré l’absence du père d’Angeline, on arrive à bien cerner leur relation. De la même manière, on cerne facilement tous les non-dits entre Angeline et Vinh, qui ont été amis et qui se sont perdus de vue. On sent aussi tout le ressentiment d’Angeline envers Violette — d’ailleurs Angeline est un être humain bien meilleur que moi, parce que je ne crois pas que je l’aurais autant aidée. L’auteure nous fait ressentir aisément les liens entre les personnages et les sentiments forts qui les habitent sans avoir à nous l’expliquer clairement, et ce, en peu de lignes. Il faut se rappeler que c’est un court roman en un seul tome.


C’est, en outre, une prouesse, à mon avis, d’être parvenu à construire un monde aussi complexe et complet en un seul tome court. Mais j’aurais tellement aimé en avoir plus ! J’aurais voulu que l’histoire se poursuivre encore et encore sur plusieurs tomes (il faut dire que je suis aussi habituée aux trilogies avec Magali !). J’ai tellement aimé les personnages et le monde futuriste créé que je souhaite sincèrement qu’on nous annoncera qu’on suivra les aventures d’Angeline encore dans un autre tome.


D’ailleurs, on reste avec quelques mystères à la fin du récit. L’auteure ouvre une porte en introduisant le concept de l’empathie surdéveloppée. J’espère sincèrement pouvoir lire un roman qui aborde ce concept et en apprendre plus sur ce qui adviendra des personnages de ce roman.


Finalement, c’est un roman que j’ai lu fiévreusement (littéralement). Et oui, je comprenais parfaitement les ressentis de l’héroïne, je peux vous le dire. Malgré cela, je me suis plongée tout de suite dans l’histoire et je l’ai lu en une journée. Je recommande chaudement de vous lancer dans cette lecture et si vous ne connaissez pas les œuvres de Magali Laurent, foncez acheter BOA et Demi-vie, vous me remercierez plus tard.


AVIS DE MIONE :


Mon avis sera plus court que celui d'Ann-Julie, car je ne suis pas une adepte de la science-fiction, en fait, c'est un genre qui ne m'interpelle pas du tout. Néanmoins, j'adore les œuvres de Magali (oui D'ju, je sais qu'il me reste encore BOA à lire, mais shut !) et surtout sa plume. Je me suis dit que j'allais faire exception et lire Fièvre bleue.


J'ai bien aimé ma lecture et j'ai accroché très rapidement à l'histoire. En même temps, on rentre presque tout de suite dans l'action et les péripéties s'accumulent sans laisser le temps aux pauvres personnages de respirer. Parfois, du moins dans la première moitié du roman, c'était même un peu trop rapide à mon goût, les difficultés se résolvaient assez facilement. Aussi, le fait que le sujet principal de l'œuvre se concentre sur la technologie et ses abus, qui sont malheureusement trop réalistes, m'a énormément plu. Le message est bien pensé, mais surtout nécessaire, surtout avec les nouvelles générations. Bien entendu, nous consommons la technologie chaque moment de notre journée et effectuer un retour en arrière serait probablement impossible. Néanmoins, je crois qu'il faut se poser des questions et poser des changements concrets à nos habitudes pour éviter que la technologie prenne le dessus. Pas autant que dans Fièvre bleue, je l'espère, mais qui sait ?


Au niveau des personnages, j'ai bien aimé Angéline et Vinh, et plus particulièrement leur relation. Ils entretiennent une belle complicité et une amitié qui fait plaisir à lire. Malheureusement, Violette n'a pas réussi à gagner ma sympathie ni mon empathie. Comme Ann-Julie, je ne crois pas que j'aurais été aussi "aimable" qu'Angéline. Le récit présente des personnages intéressants qui ont tous leur raison d'être dans l'histoire. En plus d'être profond vis-à-vis leur construction, que ce soit leur personnalité, bonne ou mauvaise, ou leur attitude à l'égard des autres, chacun d'eux parvient à une évolution satisfaisante à la fin du roman. Enfin... pour les survivants.


J'ai aimé la fin, c'est tout à fait mon genre et comme j'ai plus embarqué dans la deuxième partie du livre, j'ai été déçue des dernières pages, car, malgré le fait que je ne suis pas friande de science-fiction, j'en aurais pris plus. Certains éléments mériteraient plus de réponses et le sujet était assez intéressant pour faire une excellente duologie.

 

À vous de vous faire votre propre opinion désormais ! Procurez-vous le livre en cliquant sur le lien ci-dessous :


Posts récents

Voir tout

Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page