top of page
  • Photo du rédacteurMione

Baba Yaga de Dominic Bellavance


TITRE : Baba Yaga

COLLECTION : Les contes interdits

AUTEUR : Dominic Bellavance

ÉDITION : ADA


GENRE LITTÉRAIRE : Horreur

NOMBRE DE PAGES : 216


RÉSUMÉ : Un entrepreneur dévoré par les ténèbres, à la recherche d’une lumière pour lancer son projet.


Une femme d’affaires déterminée à obtenir l’objet de ses désirs.


Trois cavaliers s’abreuvant de la misère humaine.


Un repaire secret où la mort se vend au prix du marché.


Parfois sorcière, parfois ogresse, mais habitant toujours sa singulière hutte à pattes de poules, Baba Yaga apparaît dans de nombreux contes russes. Cette histoire, inspirée de Vassilissa la Belle du folkloriste Alexander Afanasyev, nous amène devant cette femme mythique, à l’ombre des portes marquant la frontière entre les royaumes des vivants et des morts.

 

MON AVIS :


J’ai découvert des contes avec la collection des contes interdits. Baba Yaga en fait partie. J’aime beaucoup la plume de Dominic, on plonge facilement dans ses récits, donc j’avais très hâte de découvrir son conte. Anecdote cocasse, l’auteur a été invité à une conférence dans l’un de mes cours d’université et le sujet des contes a été relevé. Il a affirmé qu’il « ne ferait jamais de contes interdits ». Baba Yaga est la preuve qu’il ne faut jamais dire jamais ! Et je suis très heureuse qu’il ait changé d’idée.


Avant de plonger dans le récit horrifique, j’ai effectué quelques recherches sur le conte original, afin de reconnaître certains éléments du roman. Ça aide à apprécier encore plus l’œuvre lorsqu’on connaît les clins d’œil. Pour ce roman, j’ai découvert une adaptation libre, s’inspirant de plusieurs parcelles des personnages représentés. Comme il est impossible de dire si Baba Yaga est une seule personne ou une entité, j’ai trouvé admirable de la part de l’auteur d’en mélanger les éléments. À la fin, j’avais reconnu plusieurs détails du conte original et j’ai adoré comment Dominic avait produit le tout.

J’ai rapidement embarqué dans l’histoire, après 2 h 30, ma lecture était terminée. J’ai apprécié la trame narrative et le fil conducteur du récit. Tout avait une logique et comportait juste assez de suspense et juste assez d’horreur. Pas d’excès. C’est parfois difficile, mais il y avait un certain but au livre. Le seul point négatif que j’apporterais, c’est l’une des dernières péripéties, concernant l’Académie, que j’ai trouvée de trop et un peu sortie de nulle part. Cela aurait mérité d’être mieux approfondi pour offrir une meilleure conclusion au personnage de Yana et donc, au contexte de Baba Yaga. Outre ça, c’était, pour moi, une excellente adaptation.


Ce qui a aidé à mon appréciation, c’est, étrangement, le protagoniste Vassily. Ce n’est pas un personnage très intelligent, mais il réfléchit, juste pas sur les bonnes choses. Je ne sais pas pourquoi, mais son esprit m’a attiré comme un aimant. Je me suis attaché à lui, malgré son esprit pervers et dérangé. Les péripéties qu’il parcourait m’ont fait lever les yeux au ciel parfois, car j’avais envie qu’il réfléchisse avec autre chose que son pénis, surtout avec Yana. Mais c’est un personnage que j’ai adoré, donc je lui pardonne.


Je n’avais pas d’attentes, et j’ai été agréablement conquise par ma lecture. Un conte interdit comme je les aime : simple, efficace et assez horrifique pour nous soutirer un sourire malsain.


Fais-toi ton propre avis ! Procure-toi le livre en cliquant sur le lien ci-dessous :


17 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page