top of page

Anna Caritas : L’Éveilleur de Patrick Isabelle

❤️Alerte coup de cœur ! ❤️

TITRE : Anna Caritas : L’Éveilleur

SÉRIE/STAND-ALONE : Tome 6 partie 1 de 7 (incluant le hors-série)

AUTEUR : Patrick Isabelle

MAISON D'ÉDITION : Éditions les malins

ANNÉE : 2022


GENRE LITTÉRAIRE : Horreur jeunesse

NOMBRE DE PAGES : 380

LU EN ANGLAIS/EN FRANÇAIS : En français

ORIGINE : Québec

PUBLIC CIBLE : 13 ans et +


RÉSUMÉ : Le retour de William Walker au collège Anna Caritas semble avoir déclenché une série d’événements bizarres à Saint-Hector. Le Mal est débarqué dans la ville et semble déterminé à y prendre racine. Gabrielle a beau tout faire en son pouvoir pour contrer la chose qui lui a volé son ami, Marianne Roberts vient une fois plus brouiller les cartes. Dans cette première partie de l’ultime tome de la série, l’ennemi a plusieurs visages et la menace gronde à chaque détour.


Tous apprendront à leurs dépens qu’une fois éveillé, le Mal ne se rendort pas aussi facilement.


MON AVIS :


Ce tome est la première partie de la finale de la série Anna Caritas. Même si j’aurais pu ressentir une certaine appréhension en commençant ce tome puisque bien des histoires ont des fins insatisfaisantes, j’avais une confiance absolue en l’auteur et j’avais raison ! Les tomes d’Anna Caritas ont une saveur, leur propre signature qui fait qu’on embarque tout de suite dans l’histoire et qu’on est incapable de les lâcher. J’ai dû réellement me battre avec moi-même pour cesser la lecture de celui-ci au risque de m’endormir trop tard et d’être incapable de travailler le lendemain. J’ai dû faire un choix déchirant, je vous le dis !


Ce tome nous confronte à un William Walker, notre héros, complètement différent. Il n’est plus lui-même et semble possédé par un démon dont tous ignorent l’origine exacte. Les premières pages du roman nous transportent immédiatement dans sa cruauté et nous montrent ce dont il est capable. Une scène à glacer le sang, croyez-moi ! Lorsque j’ai terminé de lire ce prologue, je me suis dit « c’est bien un Anna Caritas, ça ! Toujours un début sanglant et terrifiant. » On peut se rappeler toutes les premières scènes des tomes précédents qui ont le don de nous mettre dans l’ambiance.


Ce que j’ai particulièrement adoré dans ce tome, c’est la narration différente des précédents. Eh oui, on ne suit pas William et on n’a aucune narration à la première personne du singulier. On suit ses amis, ses proches et sa famille. C’est déroutant au début de ne pas avoir accès aux pensées de William — en même temps, ça devait être confus et dérangeant là-dedans —, mais on s’habitue rapidement et on y prend goût. J’ai découvert des facettes de certains personnages que je ne connaissais pas, leur vision des choses, les traces de leur passé, etc. J’ai aimé les connaître différemment, loin du regard de William. Moi qui ai un amour infini pour Marianne Roberts me plonger dans sa tête et la voir évoluer loin de William m’a vraiment captivé. Je ne sais pas si ce serait également le cas dans le prochain tome, puisqu’on pourrait retourner à la narration de William selon les événements des dernières pages. Mais je n’en dis pas plus !


L’aspect magique du roman a pris une grande place dans ce tome et ça tombe bien, j’en raffole ! En ayant accès aux autres personnages, on a pu découvrir leur magie, la manière dont ils évoluent dans ce monde. L’exemple parfait est Kellyanne qu’on a pu découvrir et qui a pu nous expliquer plus en détail son rapport avec la magie. J’ai aimé aussi avoir accès à la perception de Gabrielle lorsqu’elle utilise ses dons.


Ce tome se lit tout seul. La fin n’est pas précipitée, l’évolution de la situation est vraisemblable et logique. Je n’ai pas eu l’impression que les personnages attendaient que quelque chose arrive ou que le combat final était retardé inutilement. Au contraire, c’est très bien amené.


En ce qui concerne la fin, je suis abasourdie, bouche bée, décontenancée et tout autre synonyme. Genre WHAT??? Attention aux spoilers pour ce qui suit ! Il vaut mieux passer à la section « en bref » si on n’a pas lu le livre !


Bien qu’en rencontrant l’auteur au Salon du livre, il m’avait indiqué légèrement ce qui risquait de survenir, je suis encore dans le déni. Je n’accepte pas que mon personnage préféré ait de sombres machinations depuis le début. Ça fonctionne, c’est crédible, mais ça me tue de devoir assister, indéniablement, à sa chute au prochain tome. Pour moi, Marianne était une victime de son père et c’est comme si elle souhaitait poursuivre son héritage maudit et c’est troublant. Je sens que les révélations qui vont suivre vont me jeter par terre dans le prochain tome.


La finale du prochain roman ne sera pas joyeuse. Mais, je suis de celles et ceux qui adorent les fins sombres et tragiques. Je sens que je vais être servie !


Avant de terminer, j’aimerais dire quelque chose à William en lien avec la dernière scène du livre… TU AS BESOIN DE PAS FAIRE TUER ÉLIE. Merci.




 

EN BREF :


Couverture/résumé : Une belle couverture effrayante aux couleurs de l’Halloween, tout pour nous mettre dans l’ambiance.


Univers/personnages : Ce tome nous sort de la narration interne de William pour se concentrer sur les autres personnages qui évoluent autour de lui. J’ai vraiment apprécié pouvoir les découvrir en dehors de leur lien avec William.


Début du récit : Une belle scène horrifique, plein de sang et de mort pour bien commencer un tome d’Anna Caritas. Un début signé Patrick Isabelle.


Fin du récit : JE VEUX LA DEUXIÈME PARTIE MAINTENANT !!


Note générale : J’aime tellement cette série, elle fait partie du top 5 de mes séries préférées (c’est peu dire). Ce tome rend justice à tous les autres. J’ai si hâte à la suite !


39 vues0 commentaire
Bannière_Mione.png
bottom of page