top of page
  • Photo du rédacteurMione

Verity de Colleen Hoover


TITRE : Verity

AUTEURE : Colleen Hoover

MAISON D'ÉDITION : Autoédition


GENRE LITTÉRAIRE : Thriller

NOMBRE DE PAGES : 331


SYNOPSIS : Lowen Ashleigh is a struggling writer on the brink of financial ruin when she accepts the job offer of a lifetime. Jeremy Crawford, husband of bestselling author Verity Crawford, has hired Lowen to complete the remaining books in a successful series his injured wife is unable to finish.


Lowen arrives at the Crawford home, ready to sort through years of Verity's notes and outlines, hoping to find enough material to get her started. What Lowen doesn't expect to uncover in the chaotic office is an unfinished autobiography Verity never intended for anyone to read. Page after page of bone-chilling admissions, including Verity's recollection of the night their family was forever altered.


Lowen decides to keep the manuscript hidden from Jeremy, knowing its contents would devastate the already grieving father. But as Lowen's feelings for Jeremy begin to intensify, she recognizes all the ways she could benefit if he were to read his wife's words. After all, no matter how devoted Jeremy is to his injured wife, a truth this horrifying would make it impossible for him to continue to love her.


Due to extremely mature content, this book is recommended for readers 18+. Sensitive topics that may be triggering to some readers include graphic death/murder, child abuse, graphic sex.

Prenez note que j'ai lu ce livre dans sa langue originale (Anglais).

J'ai mis le synopsis en anglais et j'ai pensé écrire la critique en anglais, mais je me suis dit que mon lectorat n'était peut-être pas entièrement bilingue. Sachez que le livre a été traduit et est disponible en français.


MON AVIS :


Ayoye. Par où je commence ? Ce livre est devenu mon favori de tous les temps. Normalement, lorsque je lis en anglais, ça me prend un peu plus de temps, car je ne lis pas en diagonale comme je le fais en français. Néanmoins, pour ce roman-ci, ça ne m’a pris que cinq heures pour dévorer les trois cents pages. J’étais obnubilée par l’histoire (en fait la double histoire), au point où je n’ai pas dormi de la nuit pour terminer ma lecture. Encore aujourd'hui, je qualifie ce livre de chef d'oeuvre.


C’est la première fois que je lisais une œuvre de Colleen Hoover qui est normalement reconnue pour ses romances. C’est la raison pour laquelle elle a autopublié ce thriller, car elle voulait essayer quelque chose qui ne concordait pas avec son genre habituel. J’ai vu ce livre être recommandé de très nombreuses fois et c’est pour cette raison que je l’ai acheté. Je n’ai pas du tout été déçue ! C’est poignant dès le début et on rentre dans le récit sans se poser de questions. Ça se lit très bien et j’avoue avoir adoré la plume de l’auteure, car elle ne tourne pas autour du pot et dit ce qu’elle a à dire même si c’est graphique ou vulgaire. Ça donne une touche intense, parfois sexy, parfois déstabilisante.


J’ai trouvé ce thriller exceptionnel. C’est percutant et le fait d’avoir une double histoire, c’est-à-dire un livre dans un livre, a pour moi, apporté quelque chose de spécial à ma lecture.


L’histoire est originale et superbe. Lowen arrive chez Verity Crawford pour écrire le reste de sa série populaire, puisque la jeune femme est désormais paralysée et est handicapée mentalement après un accident de voiture. Celle-ci découvre une autobiographie écrite de la main de Verity qui est assez déstabilisant. L’auteure est reconnue pour écrire ses histoires du point de vue de l’antagoniste, mais cette fois-ci, c’est beaucoup plus profond que ça. Lowen est choquée de sa lecture et entre temps elle commence à développer des sentiments pour le mari de Verity qui s’occupe seul de leur fils, après la mort de leurs jumelles quelques mois plus tôt. Lowen sera prisonnière de son envie de connaître la fin du manuscrit, ses sentiments pour un homme marié dont la femme est dans un état végétatif et ses peurs lorsqu’elle commence à apercevoir Verity bien loin de son lit dont elle est normalement incapable de quitter. Le suspense est à son comble et je vous dirais qu’il m’est arrivé de ressentir des frissons sur mes bras.


J’ai adoré les personnages. Ils ont un côté réaliste et attachant, mais également très sombre. Je sais que plusieurs commentaires que j’ai vu passer démontraient une haine envers Lowen. En effet, c’est l’intruse qui drague l’homme marié et qui fouille dans des souvenirs qui ne lui appartiennent pas. Mais je l’ai trouvé humaine, car j’aurais probablement fait pareil à sa place. Elle essaie de comprendre et se questionne beaucoup. Quant à sa relation avec Jeremy, eh bien, on voit bien qu’il est malheureux et ce n’est pas comme s’il avait un mariage heureux non plus. De plus, elle passe un bon moment à refouler son désir pour l’homme par principe, jusqu’à ce qu’elle avance dans l’autobiographie de Verity et comprenne l’horreur de la situation.


Et tant qu’à parler de Verity, tu comprends rapidement qu’elle est le personnage principal et qu’elle est horrifiante. Une vraie psychopathe. Du moins, c’est ce que montre l’autobiographie qu’elle a écrite. J’ai adoré la détester ! Elle m’a fait peur, m’a retourné l’estomac, m’a fait rager et serrer des dents, mais mon dieu que je l’ai adoré ! Elle est creepy et assez violente. Son côté possessif, ses pensées sombres, ses plans atroces sont venus me donner des frissons d’horreur. C’était presque addictif comme passages, car je voulais comprendre le personnage. Verity est rapidement devenu mon personnage favori malgré l’horreur qu’elle partage dans son manuscrit.


Mais pourquoi c’est un coup de cœur ? Pour toutes ces raisons. On me décrivait le livre avec les mots « What the fuck » et j’ai compris en lisant, pourquoi. Parce que je les ai dits. Avec « Holy fucking god ». Rendue à la fin, on en vient à détester Verity, tout en l’adorant, c’est assez étrange. Puis, un gros retournement de situation vient se poser autant pour le personnage de Lowen que pour le lecteur. À partir de là, un doute plane pour l’éternité auprès du lecteur qui se demande quelle est donc la réelle vérité du livre Verity ? We will never know.


Si vous aimez le genre, vous allez adorer ce livre. C'est intense, c'est malade comme lecture. Si vous lisez en anglais, je vous conseille de le prendre dans sa version originale, sinon procurez-vous la traduction chez Hugo Roman. Vous ne serez pas déçus.





Posts récents

Voir tout

Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page