• Mione

Une question de choix de Ninon Amey

⭐ Service de Presse ⭐

Critique du tome 1 : Garder le contrôle

Critique du tome 2 : Un jour à la fois

*Les romans se lisent indépendamment, mais je conseille de les lire en ordre de parution quand même.

TITRE : Une question de choix

SÉRIE : Les liens du coeur

AUTEURE : Ninon Amey

ÉDITION : Autoédition


GENRE LITTÉRAIRE : Romance psychologique

NOMBRE DE PAGES : 442


RÉSUMÉ : Adoptée peu après sa naissance et élevée par des parents aimants, Zoé mène la vie d’une adolescente ordinaire. À dix-sept ans, cette passionnée de couture est heureuse, entourée par sa famille, sa meilleure amie et le garçon qu’elle a rencontré sur Internet quelques mois plus tôt et qu’elle considère comme son petit ami. Mais son bonheur vole en éclats lorsque ses parents, qui exercent le métier de famille d’accueil d’urgence, acceptent d’héberger un garçon de son âge, Erwan.


Cet adolescent à problèmes prend un malin plaisir à l’exaspérer et perturbe la paix qui règne dans le foyer. L’équilibre de Zoé vacille. Poussée dans ses retranchements, elle se pose des tas de questions et se met à douter de son identité et de ses sentiments. Elle finira par prendre la décision radicale de retrouver sa mère biologique, persuadée que pour envisager un avenir serein, elle doit savoir d’où elle vient.


Elle ignore encore que, si toute vérité est bonne à dire, celle-ci peut parfois être douloureuse.

 

MON AVIS :


Il y a quelque chose d’incroyable avec les romances de Ninon. Et je ne dis pas ça car elle est partenaire, je vous le jure. J’ai toujours parlé avec honnêteté de mes lectures. Lorsque Ninon sort un roman, on sent sa passion, une parcelle d’elle et de son âme s’installe dans son roman. Elle nous livre une expérience qui fait vibrer le moment de lecture. Même si certains éléments peuvent nous chicoter ou nous décevoir, l’ambiance générale permet d’oublier ces petites choses, afin de nous permettre de passer un instant rempli d’émotion à tourner les pages. Et croyez-moi, ses romans sont des pages turner. Celui-ci, je l’ai lu en moins de 24 h. Et il fait 442 pages. Je l’aurais lu one shot, si je n’avais pas dû me coucher entre mes deux séances de lecture.


La série Les liens du cœur a quelque chose de spécial et d’assez original. Le premier livre, Garder le contrôle, raconte l’histoire de Victoria et Aaron. Ceux-ci seront les parents adoptifs d’une petite fille appelée Zoé. Le deuxième roman, nous présente Lily, de son nom complet, Philippine, et Matthias. Matthias est un jeune père adolescent d’un petit garçon qui s’appelle Robin, alors que Lily a donné naissance à une petite fille qu’elle a mise en adoption. Zoé. Vous comprenez donc que ce troisième tome, eh bien, il retrace l’histoire de la jeune Zoé, alors qu’elle est adolescente. Cette construction en trois tomes permet différents points de vue extrêmement intéressants. À noter que certains éléments de cette critique comportent des spoilers sur le deuxième tome, Un jour à la fois.


J’avoue qu’en commençant ma lecture, j’avais oublié la fin du deuxième, et, au moment où je m’en suis rappelé, j’ai lâché un « Oh shiet ». Prononcé comme il s’écrit. Je ne sais pas pourquoi je n’ai pas allumé en lisant la C4, bien honnêtement. Je n’avais qu’une hâte : arriver à ce moment.


C’est pourquoi je vais tout de suite mentionner l’élément que j’ai à reprocher au roman et qui est la principale raison pour laquelle ma note n’est pas de 5 étoiles : l’action mentionnée dans la C4 prend énormément de temps à arriver, créant, à mon avis, une fin précipitée. Laissez-moi préciser mon ressenti. Le résumé précise que Zoé partirait à la recherche de sa mère biologique et nous savons, à la fin de Un jour à la fois, que Robin, le fils de Matthias, la présente à ses parents. Spoiler alert : Matthias est l’époux de Lily, la mère biologique de Zoé. Donc, à la fin du tome deux, elle se retrouve en face à face avec la femme qui lui a donné la vie, sans le savoir au préalable. Oups. Donc, nous savons que ça s’en vient, mais ça prend plus de la moitié du livre avant qu’elle commence à y penser, à cause d’une chicane avec Erwan (personnage que je vais présenter plus loin). J’étais donc à 65 % du livre et l’élément que j’attendais n’était toujours pas arrivé. J’avoue que je commençais à devenir impatiente. J’aurais aimé que ce soit plus étiré à travers le récit. Finalement, les deux femmes se rencontrent et ce moment est d’une douceur incroyable, mais à cause de l’arrivée tardive de ce moment, j’ai eu l’impression que c’était précipité comparé au reste de l’histoire présente dans le livre. Peut-être que mon impatience a joué sur mon ressenti et m’a donné l’impression que le tout s’est enchaîné rapidement par la suite ? C’est très possible. Néanmoins, je tenais à mentionner ce côté qui m’a déçue.


Maintenant, pour le positif. Comme à son habitude, la plume de Ninon a su me charmer par sa délicatesse et la justesse de ses mots. Zoé est attachante dès les premières lignes, mais arrive à se rendre parfois désagréable par moment. En résumé : c’est une adolescente. On comprend ses émotions, sa peur de l’abandon (qu’elle partage avec un certain jeune homme), son sentiment de rejet, mais quelquefois, son comportement était assez égoïste et mon cœur se serrait pour Erwan. Est-ce que j’avais un personnage favori et que ça l’a influencé ce sentiment ? Pas du tout ! Ahem… J’ai tout de même aimé la jeune femme, je tiens à le préciser ! Mais, malgré qu’elle soit le personnage au centre de la série, j’ai eu une préférence pour Erwan. Aussi, son comportement change assez radicalement lorsqu’elle se met à écouter et surtout comprendre le garçon qu’elle soit désormais côtoyée tous les jours. Elle finit par voir ses blessures, ses traumatismes et surtout sa peur. Elle réalise qu’ils ont beaucoup en commun et sa jalousie s’envole. C’est un moment assez prenant dans le livre, autant pour les personnages que les lecteurs. La complicité qui va s’en découler est l’un des meilleurs éléments de ce titre.

Mais qui est Erwan ? Jeune homme de dix-sept ans qui, malheureusement, a manqué de chance dans la vie. Mère toxicomane et alcoolique qui laissait ses conjoints lever la main sur son fils, qui le maltraitait et le négligeait. Ayant grandi dans un environnement malsain, Erwan va grandir avec des responsabilités qui sont bien trop grandes pour les épaules d’un enfant et, surtout, une peur de l’abandon, un énorme besoin d’amour et un sentiment de culpabilité qui va le suivre trop longtemps. C’est un personnage qu’on aime instantanément. Même s’il est présenté comme un adolescent à problème, sa vulnérabilité fait tomber sa carapace. J’ai adoré que l’auteure n’hésite pas à le faire pleurer à plusieurs reprises dans l’histoire. Que non, ce n’est pas parce que c’est un garçon, qu’il n’a pas le droit de vivre ses émotions. Son besoin d’amour et son impression de ne pas en mériter m’ont froissé le cœur. Je n’avais qu’une envie : le prendre dans mes bras, sans arrêt. Heureusement pour lui, et pour nous, Victoria ne s’en empêchait jamais. La complicité qui se développe avec Aaron, son éducateur spécialisé et père d’accueil, était incroyable. On voit le respect entre les deux et, même si Aaron peut parfois avoir des réactions un peu pénibles, leur relation reste incroyable. On voit très rapidement que c’est un bon garçon, mais qu’il ne prend pas toujours les bonnes décisions. On comprend pourquoi au fil du récit et c’est crève-cœur. La chance que lui offrent Aaron et Victoria, il ne veut pas la perdre, même s’il est terrifié. Ayant été rejeté toute sa vie, il s’imagine toujours le pire et préfère ne pas s’attacher, car il redoute le moment où, une nouvelle fois, il se retrouvera tout seul.


Zoé et Erwan n’ont pas eu la même chance ni la même vie, mais leurs sentiments se rejoignent. Heureusement, les deux jeunes adultes arrivent dans la vie d’Aaron et Victoria, à différents moments, certes. Ce sont deux personnages qui sont doux et généreux. Ouvert d’esprit, avec un grand cœur. Ils donnent de l’amour à profusion et traitent tout le monde à parts égales. Même si Idriss (leur deuxième enfant) et Zoé sont légalement adoptés, jamais ils n’ont traité Erwan différemment. Il avait sa chambre, ses affaires, son argent de poche, il suivait les mêmes règles que les deux autres. Cette vision qu’offre Ninon dans ce roman est celle que j’aimerais qu’elle soit normalisée dans notre société. Bien entendu, le couple recevait de l’argent pour Erwan, mais ils ne l’ont pas pris sous leur toit pour ça. Ils l’ont pris pour l’aider, pour lui donner ce dont il avait besoin à ce moment-là. Et il n’a jamais manqué de quoique ce soit dans cette maison. Et ça devrait être comme ça partout. Quand tu adoptes un enfant ou que tu es un foyer d’accueil, les enfants doivent être égaux. Et cette sensibilité apportée dans le récit est mon élément favori de ce troisième tome.


Un autre personnage que j’ai légèrement mentionné, mais sans plus, c’est Robin, le fils de Matthias et le petit-ami de Zoé. Je vais l’avouer, je ne les aimais pas ensemble. Il n’y avait pas de chimie, c’était assez platonique et même la jeune fille s’en est vite rendu compte. Bien entendu, Robin est un bon garçon. Il est gentil, bien élevé, poli, généreux et doux. Mais, ça ne collait pas avec Zoé. Celle-ci ne ressentait pas d’amour à son égard, mais ne voulait pas se détacher de lui, car elle avait l’impression qu’il était le seul à avoir choisi de l’aimer (comme a dit Erwan : Et tes parents, ils comptent pour du beurre?). Un côté de moi était assez heureux que l’adolescente ne soit pas amoureuse, mais un autre côté se demandait si elle était une bonne paire avec Erwan. Oui, leur complicité était plus profonde, ils partageaient des maux. Oui, Erwan est aussi un bon gars, mais il a aussi un côté plus sombre et son comportement à la fin du récit nous le montre un peu plus. Honnêtement, je crois que Zoé n’aurait pas dû finir ni avec Robin ni avec Erwan. Je vous laisse lire le livre pour découvrir avec qui elle termine en couple.


J’ai bien aimé la fin, même si j’aurais (le conditionnel fonctionne avec le si, je vous le jure !) aimé un peu plus de beau et un peu moins de drama. Cependant, ce côté réaliste dans les histoires de Ninon me plaît, parce qu’elle apporte un côté qui arrive à plusieurs personnes dans la vie. C’est pourquoi j’ai terminé ma lecture satisfaite.


Un jour à la fois reste mon favori, autant de la série, que de l’auteure (bien que je n’aie pas lu tous ses livres) et restera gravé dans mon esprit longtemps. Il me tarde de découvrir ses nouvelles histoires et, bien entendu, ses nouveaux personnages.


Pour acheter la série Les liens du cœur, incluant ce troisième tome, cliquez sur le bouton selon votre pays de provenance :




16 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Bannière_Mione.png