top of page
  • Photo du rédacteurMione

Le syndrome de l'imposteur, c'est quoi ?


Avez-vous déjà ressenti cette impression de ne pas mériter votre succès ? Ou de vous dévaloriser en regardant le travail de quelqu’un d’autre ?


C’est mon cas. Et ça l’a un nom : syndrome de l’imposteur.

Voici la définition selon Wikipédia :

Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur, appelé aussi syndrome de l’autodidacte, phénomène de l’imposteur, expérience de l’imposture, expriment une forme de doute maladif qui consiste essentiellement à nier la propriété de tout accomplissement personnel. Ces personnes rejettent donc plus ou moins systématiquement le mérite lié à leur travail et attribuent le succès de leurs entreprises à des éléments qui leur sont extérieurs (la chance, leurs relations, des circonstances particulières). Elles se perçoivent souvent comme des dupeurs-nés qui abusent leurs collègues, leurs amis, leurs supérieurs et s’attendent à être démasquées d’un jour à l’autre.

Lorsque j’ai commencé mon blogue littéraire, c’était par passion et non pas pour la gloire. Mon but était et est encore, de promouvoir les livres que je lis et faire découvrir des œuvres et des auteurs. Au fil du temps et du travail accompli, j’ai réussi à avoir des partenariats et c’est à ce moment que mon syndrome de l’imposteur est venu prendre sa place. Pourquoi moi ? Qu’est-ce que j’ai fait pour mériter ça ? Parce que c’est un gage de confiance d’une maison d’édition et/ou d’un auteur d’envoyer gratuitement un livre en échange d’une critique. Et moi je panique, car certaines ne sont pas lues en haut de dix fois. Est-ce que j’échoue ? Qu’est-ce que je fais de pas correct ? Suis-je un imposteur qui mérite qu’on lui enlève tout ? Pourtant, je fais le travail demandé et je sais qu’il y a une réponse face à ces lectures, mais... je n’arrive pas à empêcher ce sentiment de se glisser dans ma poitrine.

Et ce n’est pas qu’avec le blogue. Oui, je dois apprendre encore. Oui, je fais des erreurs, je ne suis pas parfaite, je ne le serai jamais. Mais c’est imposant comme syndrome, car il touche même ma vie d’auteure (je suis moins bonne que les autres, est-ce que j’ai eu un passe-droit ? bref plein d’éléments qui viennent me mettre en doute), mais également ma vie personnelle.

Le syndrome de l’imposteur peut s’infiltrer dans votre tête et causer doutes et anxiété, que ce soit dans vos relations ou dans votre vie professionnelle.


Comment faire pour s’en débarrasser ? Je n’en ai pas la moindre idée. On m’a souvent dit qu’à force de vivre des traumatismes, on vient à se dévaloriser, c’est très probable. Je sais que je travaille très fort, que je suis passionnée, que je suis une bonne personne et que j’ai le cœur sur la main. Mais ça ne m’empêche pas de me sentir comme une usurpatrice dans bien des sphères de ma vie.

Peut-être vivez-vous la même chose ? Si c’est le cas, comment vivez-vous avec ce syndrome ?

25 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page