top of page
  • Photo du rédacteurMione

L'éveil des érables de Marie-Christine Chartier

❤️Alerte coup de cœur ! ❤️

TITRE : L'éveil des érables

AUTEURE : Marie-Christine Chartier

ÉDITION : Hurtubise


GENRE LITTÉRAIRE : Contemporain

NOMBRE DE PAGES : 212


RÉSUMÉ : À 24 ans, Émilie termine son externat en médecine. Elle a fini avec d'excellentes notes et a été acceptée dans le programme de son choix pour sa résidence. Sauf qu’elle n'arrive pas à se réjouir de cette victoire... Il faut dire qu'elle laisse derrière elle une traînée de sacrifices et de regrets, dont sa relation avec Jake.


Pour Jake, la fin de sa relation avec Émilie s'est avéré un deuil énorme. À présent, il va mieux, il travaille, il se taille une place derrière la caméra. Il s’ennuie d’Émilie, continuellement. Alors, quand il la croise par hasard, à la sortie d’un bar, toutes ses bonnes résolutions volent en éclats...

 

MON AVIS :


Fuck. Marie-Christine Chartier a encore frappé. Fort. Il y a des écrivains qui arrivent à tous les coups à fracasser la barrière des émotions, à venir apporter une réflexion intense sur ta propre vie, à mettre de l'avant ton propre vécu pour que tu te questionnes, que tu évolues. Marie-Christine est l'un de ceux-là. Chaque fois, ma façade s'effondre. Chaque fois, je me reconnais, je reconnais les gens qui m'entourent. Parce que c'est un peu ça la magie de sa plume : son réalisme arrive à nous faire voir le monde différemment... tout en ayant l'impression de tout voir à la fois.


J'avais adoré Le sommeil des loutres, qui a été le premier livre de l'auteure que j'ai lu. Tout de suite, j'étais tombée sous le charme d'Émilie et Jake, je sais aussi que je ne suis pas la seule. J'avais connecté avec les personnages, avec leur simplicité (oui, même Jake la superstar !), leur humanité (je vous avertis, ce mot va revenir souvent), leur naturel, bref, tout ce qui rendait leur relation et leur vie complètement réaliste. Lors de ma lecture des loutres, j'avais l'impression de lire l'histoire de gens que je connaissais, de proche ou de loin. Comme s'ils existaient vraiment.


Ce fut pareil avec l'éveil des érables où on retrouve les personnages quelques années plus tard, séparés et pas très heureux. Ce que j'ai aimé, c'est qu'ils aient évolué entre les deux romans, mais ils ne sont pas nécessairement là où ils voudraient être, parce que c'est un peu ça la vraie vie. On se crée des attentes, des projets et finalement, ça ne se passe pas comme prévu.


J'ai énormément ressenti la détresse d'Émilie, qui vit avec de l'anxiété de performance, premièrement, mais surtout à cause de la réalisation qui la percute de plein fouet après avoir terminé son externat. Elle est où la suite ? Quand tu passes des années à avoir des objectifs, des échéances, des comptes à rendre, tu es habitué aux milestones. Ce rythme fait partie de ta vie et devient une partie de toi. Mais après avoir gravi la montagne, comme Émilie l'a dit, il reste quoi à faire ? À vivre, me diriez-vous... mais quand tu t'es habitué à un rythme effréné où l’objectif s'ajoutait à un autre objectif, et que finalement tu réalises qu’il n’y a plus rien, que tu dois juste faire ton travail et vivre... tu te sens vide. Tu te dis "tout ça pour ça ?". Bien entendu, ce n'est pas rien, peu importe le corps de métier qu'on choisit... mais la descente est rude et la réalisation l'est encore plus. Voilà pourquoi j'ai réussi à comprendre les émotions d'Émilie et principalement sa détresse. Sa peur.


Quant à Jake, le jeune homme a avancé, il s'est désormais tourné vers l'arrière de la caméra et adore cette facette du cinéma. Mais sans Émilie, il se sent vide, lui aussi, car il l'a laissé partir pour qu'elle soit heureuse... pour finalement découvrir qu'elle ne l'est pas plus. Quand ton cœur est brisé par une séparation qui ne se fait pas par manque d'amour, mais pour le bien de l'autre, ou du moins, ce que tu crois l'être, une partie reste attachée, car tu espères, involontairement ou non, que cette petite étincelle revienne. C'est aussi quelque chose que j'ai compris pour le vivre moi-même.


Leur deuxième rencontre est tout aussi hasardeuse que la première, ce qui m'a fait sourire. La vie ou le destin, si vous y croyez, tenait à ce que ces deux âmes se rejoignent. Comme les racines d'un érable qui se faufile jusqu'à celui d'un autre.


À travers les retours en arrière, on comprend ce qui a mené à leur séparation, mais aussi à voir le manque de communication qui a détruit leur couple, malgré l'amour qu'ils se partageaient. À un moment du roman, Émilie dit quelque chose à Jake qui a énormément résonné en moi :


"Tu me disais que c'était dans ma tête. Mais "dans ma tête", c'est un endroit qui existe, Jake. J'avais avant tout besoin d'être comprise dans mon ressenti. J'avais pas les mots, pis t'avais pas l'écoute."


Ça montre à quel point ils communiquaient... mais pas de la bonne manière. Dans leur couple, ce n'est pas un manque de communication, mais un manque de compréhension. On comprend le point de Jake et celui d'Émilie à parts égales.


Ce qui est humain avec cette histoire, c'est qu'on nous présente des personnages doux, normaux, même si Jake est une vedette. On ne ressent pas sa célébrité ! On arrive à bien connecter avec eux... et ça fait mal, autant que ça fait du bien, car on peut s'identifier à leurs pensées, à leur vie.

En gros, l'éveil des érables, c’est Marie-Christine Chartier qui, comme d’habitude, nous offre une dose d’humanité avec ses qualités et ses défauts.


J'adorerais une suite à leur histoire, surtout avec la fin qui nous est présentée. Je crois qu'il pourrait y avoir dix livres avec Émilie et Jake que ce ne serait toujours pas assez, tellement j'adore ces personnages. Merci à l'auteure pour ces histoires qui fracassent l'âme.

 







Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page