top of page
  • Photo du rédacteurMione

Le sommeil des loutres de Marie-Christine Chartier


Le sommeil des loutres de Marie-Christine Chartier (Hurtubise)

Jake a 21 ans, mais il a parfois l’impression d’en avoir cent. C’est ce qui arrive quand on grandit trop vite, sous le feu des projecteurs. Jeune acteur prodige, son succès est cependant de l’histoire ancienne, et ses récentes frasques l’ont fait tomber de son piédestal pour atterrir dans sa chambre d’enfant, chez ses parents. Jake mène une vie grise: il cherche des raisons de la poursuivre, mais elles se font aussi rares que le plaisir dans ses journées sans soleil.


Émilie a 18 ans, elle entame sa dernière année de cégep. Ambitieuse, elle rêve de devenir médecin. Toutefois, elle a une faille de la grosseur du Grand Canyon au travers du corps depuis que son premier amour l’a laissée, au début de l’été. Mais derrière cette douleur s’en cache une autre, plus profonde encore: celle créée par son père, le jour où il a quitté sa famille pour refaire sa vie. Émilie aimerait se reconstruire, mais les morceaux sont petits et le casse-tête, interminable.


En apparence, Émilie et Jake n’ont rien en commun, sauf leurs blessures béantes au cœur et leur travail à la pizzéria du coin. Et pourtant, au fil de leurs soirées Sprite et placotage, une relation précieuse se tissera entre eux, empreinte de l’espoir que l’aube revient toujours, même après la plus sombre des nuits.


Dans la vie, je suis quelqu’un qui est énormément attiré par les trucs mignons. Je sais que tout le monde dit « ne juge pas un livre par sa couverture », mais je ne peux pas m’en empêcher. Si ta couverture est magnifique et colorée, les probabilités que tu finisses dans ma liste ou direct dans mon panier sont élevées. Marie-Christine Chartier, je l’ai connue de nom, en commandant « Tout comme les tortues » le 12 août pour l’achat de livre québécois. Puis, j’ai eu une suggestion du lecteur pour son roman « L’allégorie des truites arc-en-ciel » que j’ai automatiquement acheté (il était dans la liste de toute façon). Puis, il y a eu Le sommeil des loutres qui a tout de suite attiré mon attention. En même temps, le rose pastel et les deux magnifiques créatures sur la couverture ont aidé grandement à ce que je reparte avec. En plus des beaux mots sur l’auteure, je ne pouvais pas résister.


Marie-Christine Chartier n’est pas que passionnée par l’écriture. Elle a été athlète (au Tennis!) et a même pu étudier aux États-Unis pendant plusieurs années. En revenant au Québec, elle s’atèle à l’écriture de son premier roman « L’allégorie des truites arc-en-ciel » publié en 2018, tout en étudiant pour un doctorat en psychopédagogie. Son deuxième roman « Tout pour les tortues » paraît en 2019, suivi de « Le sommeil des loutres » en 2020.

C’est rare que je commence par parler de la fin dans l’une de mes critiques, mais je tenais à le faire ici. Ce livre a été à un cheveu de devenir mon coup de cœur littéraire 2020 pour les raisons que je vais évoquer plus bas. La raison pour laquelle il a pris la deuxième place dans mon cœur, c’est que je n’ai pas autant aimé la fin que le reste du roman. Par la fin, je parle de l’épilogue. Il manquait vraiment quelque chose de plus, un petit événement spécial (il y en a un, mais plus gros que ça.) J’aurais aimé que ça sorte un peu plus de l’ordinaire. Il manquait le dernier « humpf » auquel je m’attendais. Elle est très belle et c’est mon avis personnel, il manquait un petit quelque chose. La raison pour laquelle j’en parle en premier c’est que c’est mon seul point négatif. Oui, je suis sérieuse.


Ce livre est un chef d’œuvre. Quand j’ai ouvert la première page, j’ai su que l’ambiance de lecture serait différente. Oui, je lisais une fiction, pourtant, je n’avais pas l’impression d’en lire une. J’avais plutôt l’impression d’écouter un couple d’amis me parler de leur vie avec un verre de vin dans mon salon. Jake et Émilie, j’ai vraiment eu le sentiment de les connaître comme si on était des amis depuis toujours. Il y a quelque chose d’humain, de naturel dans l’écriture de l’auteure et dans la façon qu’elle a de raconter l’histoire. On ne dirait pas une histoire, c’est simple.


Bien qu’il y ait quelques clichés subtils, le récit s’installe dans quelque chose de vraiment naturel. Il n’y a pas d’extravagance (et ce même si on sait que Jake est riche !), pas d’événements qui font rouler des yeux, car ça n’arrive jamais dans la vraie vie. Au contraire, tout pourrait se passer exactement comme décrit dans le roman et je lâcherai un « aww c’est ben cute ! ». Il y a vraiment un sentiment humain qui se dégage de chaque page.


Les émotions du roman sont bel et bien présentes et l’auteure fait en sorte de bien nous immerger dans la tête de ses personnages. On ressent le désespoir de Jake. Sa colère, sa culpabilité, son impuissance, même sa dépendance. J’ai eu des frissons dans le dos quand il avait envie de consommer, tellement j’étais plongée dans le récit. Je vivais le personnage, je ne le lisais pas. J’étais à sa place, je voyais, sentais, touchais, ressentais. Un peu plus je fermais les yeux et j’avais les mains dans la vaisselle de la pizzéria ! C’est vraiment hallucinant l’immersion que j’ai vécue en lisant ce livre. Quant à Émilie, on ressent sa peine, son incompréhension, sa quête identitaire après sa rupture, son questionnement face à Jake et les préjugés qu’elle a eus sur lui. Bref, ce sont des choses que vous et moi, on pourrait vivre.


Je me suis beaucoup identifiée à Émilie, ayant vécu une rupture un peu difficile. Je me sentais comme elle, avec Justin. Prise dans une séparation qu’on ne comprend pas trop, où on a de la difficulté à être en colère, mais en même temps tout est mélangé dans le cerveau. C’est peut-être pour ça que j’ai eu beaucoup plus de facilité à la comprendre. Pourtant, Jake est mon personnage préféré. C’est un garçon qui avait tout pour lui et après de mauvaises décisions s’est retrouvé à perdre tout et encore pire : son frère, son meilleur ami. On le sait qu’il a un condo de luxe sur le Plateau. Que son compte en banque est plein. Mais à aucun moment on ne ressent sa richesse ou sa supériorité. Après sa chute, il est devenu un gars simple qui a besoin de temps pour lui et qui travaille dans une Pizzéria, car ça lui fait du bien. Il ne demande rien d’autre qu’aller mieux. C’est tellement un personnage spectaculaire, écrit en beauté et qui mérite tout l’amour du monde. Moi, j’ai eu envie de lui faire un câlin tout le long de ma lecture. Il a un charme, et ce même à l’écrit. L’auteure nous a offert deux personnages parfaits, avec leur personnalité propre, dans un univers simpliste qui fait en sorte de donner une beauté suprême à son histoire. Dans leurs différences et leur douleur, ils vont réussir à s’aider, à apprendre l’un de l’autre et à grandir à partir de ces apprentissages. C’est la plus belle histoire qu’on peut lire. Une histoire qui fait du bien.


Car oui, c’est une romance. Néanmoins, je ne l’ai pas sentie comme ça. On y voit l’amitié pure et dure. La naissance d’un lien entre deux personnes. On voit à travers les pages, les sentiments grandir, sans précipitation, sans mouvement brusque, sans clichés déplacés. Ce sont deux inconnus qui se croisent à un moment difficile de leur vie, qui vont apprendre à se connaître tranquillement, qui vont s’aider et qui vont s’attacher tout doucement à leur amitié, puis à leur amour. J’écris ça et j’ai des frissons sur les bras tellement c’est beau !


Je pourrais vous parler des personnages secondaires, mais bien qu’ils aient leur importance, ils ne m’ont pas marqué plus que ça. Mathieu, Olivia, Justin, Marianne, Christine, etc. Ce n’est pas une chose négative. Parce qu’on a tous des personnages secondaires dans notre vie. Ils ont leur vie à eux aussi et c’est l’impression donner dans le roman. Ils ont là au bon moment, ils font ce qu’ils ont à faire et pendant qu’on suit le récit de Jake et Émilie, ceux-ci font leur vie à eux en parallèle qu’on peut s’imaginer entre les lignes.


Si je pouvais décrire ce roman avec un seul mot, j’irais avec Magnifique. Je critique un livre que je n’arrive pas à mettre les mots sur comment je me sens. C’est probablement pourquoi ça sort un peu tout croche. C’est vraiment une expérience à tenter, car elle est différente de toutes les lectures que j’ai pu avoir dans ma vie et il y en a eu ! Jamais, je n’ai lu quelque chose de pareil à ça.


Quant aux loutres. Je vous laisse lire le livre pour le passage qui est le plus mignon du monde. J’ai même lâché quelques larmes tellement j’étais émue.


Ce n’est peut-être pas mon coup de cœur 2020 (donc selon mes lectures), mais c’est selon moi, le livre de l’année. Je le recommande à tous ceux qui ont envie de vivre quelque chose d’extraordinaire.


Note finale :



60 vues0 commentaire

Commentaires


Bannière_Mione.png
bottom of page