top of page
  • Photo du rédacteurMione

En plein coeur de Saturne de Marie-Christine Chartier

❤️Alerte coup de cœur ! ❤️

TITRE : En plein coeur de Saturne

AUTEURE : Marie-Christine Chartier

ÉDITION : Hurtubise


GENRE LITTÉRAIRE : Contemporain psychologique

NOMBRE DE PAGES : 216


RÉSUMÉ : Entre Élise et Félix, le coup de foudre a été instantané. Elle est une illustratrice créative, sensible et, aussi, très anxieuse. Lui travaille en droit, ne jure que par le sport et ne se stresse jamais pour rien. Malgré leurs personnalités opposées, ils développent un amour profond durant les trois années qui suivent leur rencontre.


Jusqu’au jour où Félix demande une pause à Élise. Bouleversée, elle retourne habiter chez ses parents, en banlieue de Montréal, tandis qu’il va retrouver sa famille dans le Bas-du-Fleuve. Chacun de leur côté, ils tentent de cerner les petites fissures qui se sont peu à peu créées dans leur couple, principalement à propos de tout ce qui gravite autour d’Élise : ses peurs, ses incertitudes, son anxiété avec un grand A.


C’est l’histoire d’un break, à défaut d’une rupture. C’est l’histoire de Félix, qui n’arrive plus à imaginer un futur avec la fille qu’il aime pourtant plus que tout. C’est l’histoire d’Élise, qui se demande si elle doit essayer de changer qui elle est pour sauver son couple. C’est l’histoire de ces fragments qu’on s’efforce de tenir ensemble pendant que tout le reste s’effondre.

 

MON AVIS :


Message à Marie-Christine. Je me suis promis de ne pas pleurer en écrivant la critique de ton livre, mais au moment où je commençais à écrire, ma playlist en aléatoire a commencé à faire jouer Back to December. Je ne sais pas si c'est genre la meilleure chanson possible ou bien la pire pour critiquer Saturne... Tu me diras ça. En tout cas, j'ai échoué à ma promesse, ça fait cinq lignes et j'ai déjà des larmes. Oh boboy, que me fais-tu subir toi et tes histoires exceptionnelles ?


Chaque livre que Marie-Christine publie, je l'achète. C'est mon auteure québécoise favorite, je suis dépendante à sa plume, elle a un don avec les mots. Cette façon de nous faire vivre toutes les émotions des personnages, de nous aider à comprendre, de montrer la vulnérabilité sans rendre le texte lourd... Pour moi, c'est une énorme dose d'amour chaque fois. Ainsi, lorsque Saturne est sorti, je savais que je l'achèterais... mais j'ai eu un peu de recul. Vivant avec un trouble anxieux, je savais que j'allais me reconnaître en Élise. En plus, j'ai une peur terrible de l'abandon... alors le fait que l'histoire présente un amoureux qui "abandonne" sa blonde à cause de son anxiété, eh bien j'ai juste imaginé le pire pour ma relation de couple. Le livre sur l'anxiété m'a créé de l'anxiété. Pas le choix : j'ai mis le roman de côté. Je savais qu'il m'appellerait au bon moment, quand j'en aurais besoin... et c'est arrivé.


Hospitalisée pour ma santé mentale, j'étais assise sur le bord de la fenêtre à regarder les montagnes au loin (oui, la vue était pas mal). Je vivais une séparation, le deuil de ma mère, tout se chamboulait dans ma tête, dans mon corps, mais principalement dans mon cœur. Ma dépendance affective, ma peur de l'abandon, mon anxiété, ma dépression, j'étais percutée de plein fouet par mes émotions. J'avais besoin d'aide, j'avais besoin de comprendre des choses. Et j'ai eu une illumination. J'ai pris le téléphone, j'ai appelé mon ex et je lui ai demandé de m'apporter En plein coeur de Saturne. C'était l'heure, j'en avais besoin MAINTENANT. Dès qu'il fut entre mes mains, je me suis isolée pour le lire, au grand désespoir de l'intervenante sur place qui voyait ça comme de la fuite. Non, ce n'était pas de la fuite. J'avais besoin de l'histoire d'Élise et Félix pour me comprendre moi, pour comprendre où mon couple avait chié, j'avais besoin de Félix pour comprendre ce qui se passait dans la tête de mon ex. Bien sûr, ce sont des personnages, ils sont fictifs et ça reste que l'histoire n'est pas pareille à ce que j'ai vécu, mais, leurs ressentis, leurs pensées, je peux vous jurer que tout était identique.


J'ai bien entendu connecté avec Élise à un degré inimaginable. Pour tous ceux vivant avec de l'anxiété, vous saurez vous reconnaître, même si on la vit tous d'une différente façon. C'est dans les questions... les pensées intrusives... la peur... ce mélange malsain qui nous pourrit le cerveau qu'on s'identifie. Élise, c'est tous ceux qui se sentent comme des bébites bizarres dans notre société.


Et Félix... au début, on pourrait avoir l'impression que c'est un méchant, qu'il est égoïste, qu'il est cruel... mais non. Quel personnage attendrissant ! On comprend rapidement sa détresse : il est dépassé par tout ce qui se passe. Il ne vit pas l'anxiété comme une personne anxieuse la vit. Il peut le voir, essayer de comprendre, aider, mais quand on ne sait pas c'est quoi vivre avec ça, on ne peut pas totalement comprendre. Les questions d'Élise pour se rassurer l'énervait, alors que c'est un mécanisme de défense pour elle. C'est nécessaire pour elle, une banalité pour lui. Cette incompatibilité montre que parfois l'amour ne suffit pas pour qu'un couple fonctionne. C'est ça qui fait mal en fait. Dans l'histoire, mais aussi dans la vie.


Ce que j'ai adoré le plus du roman, c'est que l'auteure présente la vulnérabilité sur tous les angles. Élise, impuissante face à son anxiété, qui ne sait pas comment agir autrement, qui ne sait pas comment s'aider, qui ne sait pas quoi faire, vulnérable devant le regard des autres. Félix, impuissant face à l'anxiété d'Élise, qui ne sait pas comment agir en sa présence, comment la rassurer, qui ne sait pas comment l'aider, qui ne sait pas quoi faire, vulnérable, de ne pas comprendre, d'être impuissant. Il n'y a pas de méchant, il n'y a pas de gentils. Il y a simplement deux humains avec des torts qui apprennent, évoluent. Il n'y a pas de toxicité, c'est juste un épuisement mental. C'est penser à soi, se retrouver.


Malgré la tristesse qui émane du récit, la blessure qui se grave dans le cœur, car on ressent l'amour que se portent Élise et Félix... on comprend aussi à quel point ils sont touchés par la santé mentale et que celle-ci a créé un fossé entre les deux. Le pont qui permet de le traverser est chambranlant. Il fait peur. On aimerait qu'ils puissent l'utiliser encore, mais souvent, la fondation s'effrite et on ne peut plus rien y faire, même si on met tout l'amour du monde, de la colle chaude sur de la brique, ça ne fait pas de miracles. Donc ça fait mal, cette réalisation. Mais la douceur du récit nous permet de nous y sentir bien, en sécurité, compris.


C'est un roman qui saura toucher ceux qui en ont besoin. Qui sensibilisera aussi peut-être les Félix de ce monde. Aidera les Félix à comprendre les Élise. Pis pour ça, je te dis merci, Marie-Christine, d'avoir mis de l'avant avec autant d'amour et de vulnérabilité l'anxiété dans ses plus beaux et ses plus mauvais moments. Avec un réalisme déconcertant. Avec autant d'humanité.

Merci.

Комментарии


Bannière_Mione.png
bottom of page