top of page
  • Photo du rédacteurMione

Destination Extrême : Catacombes de Paris de Magali Laurent

⭐ Service de Presse ⭐

TITRE : Catacombes de Paris

COLLECTION: Destination Extrême

AUTEUR: Magali Laurent

ÉDITEUR : Éditions de Mortagne


GENRE LITTÉRAIRE : Horreur

NOMBRE DE PAGE : 296


RÉSUMÉ : DESTINATION : Catacombes de Paris, France.

NATURE DU VOYAGE : Immersion dans le Paris macabre et visite d’une section interdite des catacombes.

NOMBRE DE VOYAGEURS : 4


Lili est fabuleuse sur tous les plans : aussi belle qu’intelligente, indépendante, sexuellement insatiable… Peut-être trop pour moi.


Je l’aime comme un fou, mais j’ai peur qu’elle me quitte pour un gars plus aventureux. Un gars qui n’a pas froid aux yeux.


Alors, quand elle me propose un voyage à Paris avec un couple d’échangistes, j’accepte. Quitte à trahir tous mes principes. À me perdre en cours de route. À plonger dans des ténèbres aussi dangereuses que le labyrinthe qui serpente sous les pavés parisiens.


La Ville Lumière cache d’obscurs secrets. Et moi, un passé que je ne veux déterrer sous aucun prétexte.


 

MON AVIS :


J'ai tellement lu ce roman au pire moment ! Moi, je ne regarde pas la C4, je suis déprimée, je me dis qu'un roman d'horreur va me changer les idées, je le prends et pars à une place que j'ai rien d'autre à faire à part lire. J'ouvre... je commence à lire... et ma face devient blême. Toutes les émotions qui me rendaient déprimée... c'était les émotions de Mathys envers Lili. Gaffe ! C'était une anecdote cocasse, dans un sens, car j'ai quand même continué ma lecture et, non, je ne prends pas en compte cet élément dans ma critique, sinon ce serait injuste sur un méchant temps ! Je ne mentirais pas que cet aspect a affecté mon moment de lecture, mais pas mon appréciation.


Pour un premier roman d’horreur adulte, je trouve que Magali a très bien fait ça! L’ambiance de l’hôtel particulier m’a fait penser à l’un des jeux Nancy Drew, Curse of Blackmoor Manor, qui m’avait traumatisé quand j’étais enfant, ce qui a aidé avec mon ambiance frissonnante. Je me souviens, gamine, il fallait aller dans un escalier sombre et dans le livre, il y avait un peu la même chose, au point où Mathys mentionne plusieurs fois qu'il va finir par se casser la gueule. Je dirais que, étrangement, j'ai eu plus d'angoisse à l'hôtel que dans les catacombes et je suis claustrophobe. Je peux quand même dire qu'à certains moments dans la deuxième visite des souterrains, j'étais pas tannnnt à l'aise. Des fois je me dis que Magali connait toutes mes phobies pis s'amuse à les mettre dans ses romans.


Néanmoins, j'avoue que j'aurais aimé plus de moments dans les catacombes, étant donné que c'est le lieu du roman. On a certains clins d'œil à d'autres éléments d'horreur, dont Sweeney Todd, ce qui est appréciable, mais les catacombes en soi, outre leur retour vers la fin du roman, est plus en arrière-plan. C'est l'élément qui m'a le plus déçu. Autant j'appréciais l'ambiance de l'hôtel, ce n'était pas là qu'ils vivaient leur expérience de Dark Tourism. C'était dommage, car il y a des choses extrêmement creepy sous terre et je crois que Magali aurait pu aller encore plus loin avec ce sujet, surtout qu'elle était bien partie avec Mathys qui a peur des labyrinthes. J'ai juste eu l'impression qu'à un moment, l'histoire a déviée ailleurs au lieu de plonger complètement dans quelque chose qui aurait pu être vraiment terrifiant.


L'élément que j'ai aimé le plus, c'est Mathys. Le personnage au complet était excellent et très bien construit. On comprend dès le début qu'il a un trouble de santé mentale sévère, qu'il a des pensées sombres envers sa sœur, qui meurt dans un... accident. Hum. On a un mystère entourant le jeune homme et la petite Maëlle que j'ai trouvé super intéressants, car c'est à cause des souvenirs de sa sœur que la santé mentale de Mathys se dégrade au fil de l'histoire au point d'en devenir cauchemardesque. C'était intense, épeurant... je me demandais jusqu'où il irait dans sa folie et surtout, qu'est-ce qui cause ça, car il n'y a rien de normal là-dedans. J'ai apprécié les réponses et le côté réaliste que l'auteure a incorporé à son personnage. C'est vraiment, sans hésitation, le highlight du roman.


En comparaison, je peux vous dire que j'ai détesté Lili et Joseph. Odile était correcte, je crois que la pauvre femme était la plus calme et s'est ramassé dans un pétrin épouvantable. Lili est une manipulatrice et tout le long du livre je l'appelais Lilith tellement elle m'enrageais. D'accord, elle est honnête avec elle-même, elle ne change pas de ce qu'elle a dit qu'elle était... mais parfois j'avais l'impression qu'elle faisait exprès pour blesser Mathys. Ça me faisait chier. Pis Joseph et son air condescendant, supérieur, alors que c'est un minable. Lui j'espérais que quelque chose finisse par lui tomber dessus et le tue.


Quant à la fin, alors que le dénouement s'est joué, que des décisions ont été prises, on apprend ce qui s'est réellement passé à l'hôtel durant leur nuit de beuverie et de drogue. J'ai ouvert la bouche et j'ai lâché un "ben non!". Oups, c'est le mot. Les personnages ont vécu un enfer... Comme quoi il faut souvent explorer un peu plus loin avant de sauter aux conclusions et surtout, le roman donne un très bon conseil sans le dire directement : La drogue et l'alcool en surconsommation, c'est non les enfants ! 😂 Je n'aurais pas dû rire à la fin, mais j'étais crampée qu'ils se soient donnés autant de trouble et aient été autant dans la marde pour... ça. Si ça vous rend curieux, je vous dirais que juste pour ce twist final, le roman vaut la peine d'être lu.


 


Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page