top of page
  • Photo du rédacteurMione

Dans l'ombre de Clarisse de Madeleine Robitaille


TITRE : Dans l'ombre de Clarisse

AUTEURE : Madeleine Robitaille

ÉDITION : Éditions de Mortagne


GENRE : Thriller horrifique

NOMBRE DE PAGES : 384


RÉSUMÉ : Une grand-maman, dans l’imagerie populaire, c’est une petite femme douce, réconfortante, qui nous aime sans condition.


Pour Charlotte et ses trois sœurs, une grand-mère, c’est Clarisse la Bouledogue.


Le jour où celle-ci s’installe chez elles, leur existence prend la tournure d’un cauchemar. Recevoir une éducation, selon Clarisse, c’est se soumettre ou souffrir. Et elle ne lésine pas sur les méthodes les plus cruelles.


L’arrivée de la Bouledogue au cœur de cette famille unie par l’amour et la confiance aura les mêmes effets qu’un tsunami : dévastation, désolation, mort…


Âmes sensibles s’abstenir…


⭐ Je remercie les communications Julie Lamoureux et la maison d'édition pour l'envoi du livre en service de presse ⭐

 

MON AVIS :


Avant de lire son Tabou, j’avais envie de lire son thriller. J’en avais entendu énormément de bien, alors dès l’annonce de la réédition, je suis tombée dessus. J’ai encore des frissons sur l’échine. J’avoue que j’ai failli donner 4.5 à cause de deux détails, mais en relisant mes notes, mon impression me disait que non. Ce ne sont pas ces éléments qui vont enlever ce que j’ai ressenti lors de ma lecture. C’est pourquoi je vais commencer avec ces deux points, pour ensuite vous parler de ce qui m’a fait triper.

Le premier détail que j’ai soulevé qui m’a dérangé, c’est qu’au début, les répétitions de prénoms sont importantes, surtout Charlotte. Je tiens à préciser que ça s’améliore grandement au fil de la lecture, mais dans les premiers chapitres, le nom de la jeune fille apparaît plus de 40 fois en dix pages. C’est la raison pour laquelle je le mentionne, car ça m’a troublé.

Le deuxième élément, c’est la fin. Je reviendrais sur ce point en profondeur plus loin, car autant je l’ai aimé dans le contenu, j’ai trouvé qu’elle était très précipitée. C’est quelque chose que j’ai soulevé lors de ma lecture de son autre œuvre aussi. On est plongé dans l’histoire et puis en quelques pages c’est terminé et le lecteur est bombardé des derniers dénouements. J’aurais vraiment adoré plus de profondeur sur ce point.

Malgré ces deux détails, je n’ai pas pu ne pas adorer ma lecture. Non, mais quel roman ! Le début commence en force avec une aura de mystère et on comprend tout de suite le règne de terreur qui s’installe avec Clarisse. Il faut aussi noter que tous les personnages sont des femmes, ce qui a été très intéressant. Le seul homme est dans le coma et seulement mentionné. Ah et il y a quelques mentions par-ci et par-là de fréquentations ou de maris décédés, mais je ne les compte pas vraiment, ce sont ce que j’appelle des personnages participatifs. Ils aident à l’histoire, mais n’en font pas partie. Le côté marâtre de Clarisse donne une ambiance effrayante à cette dynamique féminine. Charlotte, sa petite fille, est extravertie et rebelle, ce qui met rapidement en colère sa grand-mère au point de faire des choses horribles. On voit se confronter les mœurs générationnelles entre la jeune adolescente féministe, vivant selon les préceptes de son époque, et la vieille folle qui croit que les femmes ont le pouvoir par leur dominance, comme à l’époque égyptienne.

Plus on avance dans le roman, plus on devient stressé. Moi, j’avais des sueurs, ce n’est pas des blagues. Chaque page apportait une plus grosse atrocité. Le livre se lit très rapidement, mais je n’ai pas pu m’empêcher d’avoir des hauts le cœur, de détourner le regard, et même d’avoir des larmes aux yeux.


Le thriller est exceptionnel, mais le côté horreur est épouvantable, dans le bon sens. Vous devez comprendre que Clarisse est une psychopathe. C’est une, excusez mon langage, crisse de cinglé ! Je comprenais la rébellion de Charlotte, l’anxiété et la peur de Luce et la colère des jumelles. J’étais frustrée qu’elle soit assez intelligente pour manipuler et contrôler tout le monde comme une bonne tite femme âgée. Mais la seule chose qu’elle aurait méritée, c’est de vivre ce qu’elle a fait vivre à sa fille et sa petite-fille, pis de mourir charcuté, torturée. Oui, je suis en colère ! Pas contre l’auteure ou le livre, non, envers ce personnage dégueulasse ! Ahhhh que c’était horrible !

En arrivant à la fin, je n’ai pas été surprise. C’est triste, assez catastrophique et ça correspond à l’ambiance du roman. J’aurai adoré que Clarisse souffre, donc là-dessus, j’avoue ne pas avoir eu ma dose, mais une chose est certaine, ce livre m’a fait toute une impression et malgré ses sujets horrifiques, elle m’a sensibilisé sur plusieurs thèmes que je ne peux pas lister sans vous spoiler le contenu.


Alors pour les découvrir, vous pouvez acheter le livre en cliquant sur le lien ci-dessous :



14 vues0 commentaire

Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page