top of page
  • Photo du rédacteurMione

La recette de la femme parfaite de Karma Brown


TITRE : La recette de la femme parfaite

TITRE ORIGINAL : Recipe for a perfect wife

AUTEURE : KARMA BROWN

MAISON D'ÉDITION : Les Éditions de l'Homme


GENRE LITTÉRAIRE : Thriller contemporain

NOMBRE DE PAGES : 351


RÉSUMÉ : Ayant quitté à contrecœur une carrière prometteuse à New York pour suivre son mari en banlieue, Alice a la nostalgie de sa vie d'antan. Déterminée à devenir écrivaine, elle se retrouve souvent seule dans sa vieille demeure un peu inquiétante où, tant bien que mal, elle refuse de se convertir au rêve de famille idyllique de son mari. Grâce à un vieux livre de cuisine et à des magazines des années 1950 trouvés au sous-sol, elle découvre la vie de femme au foyer de Nellie, l'ancienne propriétaire de la maison. Au fil des recettes, la jeune femme s'aperçoit que Nellie a semé des informations sur l'envers sinistre de son ma­riage parfait, en plus d'avoir confié à la voisine des lettres jamais postées. Les secrets qu'elles renferment sont tout sauf inoffensifs. Alors que la pression monte au sein de son propre couple, Alice comprend que, pour se protéger, elle devra elle aussi mitonner ses petits secrets…

 

MON AVIS :


J’ai acheté ce livre complètement par hasard. J’étais allée à la librairie pour un autre roman, je suis tombée sur celui-ci, j’ai trouvé la quatrième de couverture intrigante, me faisant penser un peu à Verity de Colleen Hoover… alors, je l’ai acheté. Oui, aussi simple que ça. J’avoue qu’en commençant ma lecture, je m’attendais à un brin plus d’actions, mais j’ai été surprise par le concept et tout ce qui entoure cette fameuse recette de la femme parfaite…

Un côté féministe non négligeable

Dès l’entrée en matière, on comprend le thème principal : le féminisme. Chaque chapitre commence avec une citation en haut de page qui montre les idées arriérées concernant les femmes. Des passages provenant d’œuvres en tout genre, j’avoue que c’est assez traumatisant de voir qu’il n’y a pas si longtemps, nous n’étions que des objets de servitudes pour les hommes. À travers l’histoire de Nellie et d’Alice, on tente de faire les différences entre les années cinquante et notre époque. Le livre nous montre le pouvoir des femmes et comment être une « housewife », dans ses bons et mauvais côtés. Attention ! Il n’y a rien de mal à être une femme à la maison, une mère à la maison, par choix. Au contraire ! Ne pas prendre ça comme quelque chose de dégradant : tant que c’est effectué dans le respect, tout va bien. Malheureusement, à l’époque de Nellie, être une housewife n’avait rien de joyeux.


Le livre se compose en plusieurs sections. Il y a des passages avec Nellie, d’autres avec Alice et il y a également des recettes des années cinquante. Si vous êtes curieux et avez le cœur solide, je vous conseille d’aller voir sur internet la sublime recette de banane enrobée de jambon et nappée de sauce hollandaise. Oui, juste le nom donne envie.


Les deux femmes se retrouvent dans la même maison, mais une éternité les sépare. Seuls des lettres et des souvenirs entre les murs permettent à Alice d’en découvrir plus sur l’ancienne propriétaire.


Je vais l’avouer, j’ai préféré l’histoire de Nellie. Celle-ci vivait de la violence et était victime de son époque. Celle-ci avait de l’ambition, des rêves. Elle n’appréciait pas particulièrement rester à la maison, cuisiner pour son mari qui avait la main lousse et la braguette trop souvent ouverte. La seule chose qui lui fait tenir, c’est son jardin qu’elle cultive religieusement. Ayant perdu sa mère jeune, elle la garde en mémoire en cuisinant avec le livre de recettes familial, tout en s’occupant de son époux, souffrant de douloureux ulcères d’estomac. Bien entendu, durant ces années, la société attendait de Nellie qu’elle fonde une famille, qu’elle ponde deux, trois, quatre enfants ! Malheureusement, celle-ci n’arrivait pas à aller au terme d'une grossesse, au grand désespoir de Richard. On va vite comprendre que Nellie est tout sauf une femme faible.


Quant à Alice, c’est autre chose… Contrairement à l’autre protagoniste, celle-ci se victimisait sans cesse. Elle a pris des décisions qui l’ont mené à des conséquences, mais à la place d’être honnête et de se remettre sur ses jambes, elle se comportait comme une femme malheureuse, mettant tout sur le dos de Nate, son mari. Elle faisait tout en sorte pour être misérable. Elle agissait en housewife par choix et le reprochait à son conjoint… Contrairement à Nellie, qui n’avait pas le choix, Alice était une victime d’elle-même. Elle mentait, trompait, elle n’a jamais cherché à se sortir elle-même de sa situation de femme au foyer qu’elle s’est elle-même imposée.


Néanmoins, j’avoue que l’insistance de Nate pour avoir un bébé était très désagréable. C’était tellement de pression ! Je ne comprends pas comment on peut être dans une relation sans communication. Mais lui était juste too much. Je crois qu’il voulait bien faire, mais, de là à vérifier le cycle menstruel de sa femme, déposer des tests d’ovulation sur le bord de la cuvette de toilette. Wouah ! Calme-toi mon grand… Malgré tout, Alice aurait dû lui dire la vérité dès le départ, mais j’avoue que je n’aurai pas su quoi faire à sa place non plus vis-à-vis un comportement comme celui de Nate.


Une histoire avec des remous sans bulles

Oui, le récit contient quelques péripéties, quelques secrets à trouver, mais à chaque découverte, chaque tournant, ce n’est pas un halètement de surprise qui s’échappe, mais un « ah, okay ». Le livre se lit bien, assez rapidement, mais j’ai été accroché grâce à Nellie et sa personnalité. Plus on avance, plus on constate des couches à son caractère, c’est le point fort du roman.

De plus, le retournement de situation la concernant m’a fait sourire. Honnêtement je m’y en attendais un peu, c’est assez classique, mais je trouvais que ça allait de pair avec la jeune femme et j’ai adoré.

Pour Alice, sa fin est décevante et montre encore plus son tempérament désagréable et égoïste. C’est vraiment un personnage que je n’ai pas du tout apprécié.

En général, un livre qui m’a surprise, qui n’était, ni génialissime, sans être mauvais. J’ai passé un bon moment de lecture. Moi qui ne suis normalement pas très féministe dans mes lectures, j’ai bien aimé les tournures dans celui-ci. Si c’est un genre que vous aimez, je vous le conseille.


Psst : Si vous cherchez le secret de la femme parfaite, la réponse risque de vous surprendre ou vous faire peur. À vos risques et périls.




Posts récents

Voir tout

Commenti


Bannière_Mione.png
bottom of page