top of page
  • Photo du rédacteurMione

La Chronique des Joyaux , t.3 : Le zénith nacré de Mélanie Dufresne

Critique tome 1 : Le crépuscule violet

Critique tome 2 : L'aurore carmin

TITRE : Le zénith nacré

SÉRIE : La Chronique des Joyaux

AUTEURE : Mélanie Dufresne

ÉDITION : Autoédition


GENRE LITTÉRAIRE : Heroïc Fantasy

NOMBRE DE PAGES : 282


RÉSUMÉ : Je suis la plus ancienne précieuse du continent, mais l'apparente perfection du château Nacré ne résistera pas à la corruption qui marche vers nos murs.


Brenlir a endossé avec fierté les fonctions de maître d'armes du plus éminent château des Terres du Nord. Mais il était loin de se douter du coût d'une telle ascension. Veuf et père de jeunes enfants, ses devoirs ont dû passer avant ses désirs. D'autant que ses sentiments pour la charmante précieuse sont une distraction qu'il ne peut pas se permettre.


Dariane a tout ce qu'il faut pour que son joyau prospère. Sauf que sa relation avec son maître d'armes s'est envenimée avant même de prendre forme. Avec les nouvelles qui leur parviennent des autres châteaux, les temps à venir seront sombres, et sans un lien solide entre son maître d'armes et elle, la seule solution envisageable pourrait bien entraîner sa chute.


Si le château Nacré succombe à la corruption, tous les joyaux suivront. Brenlir et Dariane arriveront-ils à se réconcilier avec le passé avant qu'il ne soit trop tard?

 

MON AVIS :


Ce troisième tome vient conclure la trilogie de la Chronique des Joyaux. Je vais le dire d'emblée : c'est le tome que j'ai le moins aimé. Plusieurs éléments ont mené à ce constat. Même si ma note est la même que celui du deuxième tome, j'ai réalisé que, finalement, j'aimais mieux l'histoire du joyau Carmin à celui du joyau Nacré. J'ai eu de la difficulté à embarquer dans l'histoire et j'avoue même que j'ai eu l'impression que celle-ci s'étirait au lieu de construire une conclusion. C'est heureusement la fin qui est venue changer légèrement mon appréciation.


Tout au long de ma lecture, j'espérais d'autres informations sur les joyaux, les précieux, élément central présenté dans le premier tome avec Sabaya. On en apprend un peu plus et certains éléments trouvent leur conclusion, à mon grand bonheur, mais pas autant que je m'y attendais. J'avais l'impression de lire des choses qu'on connaissait déjà et de voir s'en répéter d'autres. J'avoue que c'est l'une des choses qui m'a le plus déçue. Cependant, en apprendre plus sur l'impact d'un traumatisme sur le joyau, le lien les unissant, leur création, même si c'est survolé, m'a beaucoup plu.


Ce tome présente Dariane plus en profondeur. La doyenne des joyaux, celle du château Nacré, le plus fleurissant, le plus important. Dariane est un personnage intéressant. Elle ne m'a pas paru antipathique comme Caysen, mais plutôt... vieillie. Ce qui va avec son rôle de doyenne, mais qui parfois était étrange. Sa façon d'agir et de s'exprimer me donnait l'impression que le personnage était une vieille dame au lieu d'être une jeune femme, mais avec une vieille âme.


J'avoue avoir bien aimé son histoire du lien affaibli avec son maître d'armes, Brenlir. Ce lien faiblit et les traumatismes qui causent cet affaiblissement sont bien présentés au début et amènent une profondeur au sujet des joyaux, mais aussi à Dariane. Malheureusement, j'ai aussi eu l'impression que le roman se concentrait beaucoup trop sur cet élément. Alors qu'on est rendu à confronter Giliel et le joyau jaune à ce stade du récit, le livre se positionne sur les problèmes de cœur de Dariane et Brenlir pendant presque 60% du roman. Bien sûr, c'est important de régler leur lien affaiblit pour vaincre Giliel, mais la façon dont s'est amené m'a plutôt paru comme si leur relation était plus importante que la menace du joyau jaune. C'est ça qui m'a déçu en fait. J'aurais aimé un juste milieu.

Ce passage de mon appréciation est affecté par un autre élément. J'ai aimé Dariane. J'ai aimé Brenlir. Mais je ne les ai pas aimés ensemble. Je ressentais les émotions de Dariane envers son peuple, envers les autres joyaux. Pareil pour Brenlir pour les simargs, surtout Gryff et ses enfants. Je dirais même lui pour Dariane. Mais pas l'inverse. Je n'ai pas ressenti d'amour partagé entre les deux. Aucune connexion, aucune chimie. Comparé à Sabaya et Jonas qui était très fusionnel, très puissant comme lien ou encore Caysen et Maelora qui menait dans la douceur, le réconfort, un lien important entre les deux, Dariane et Brenlir me paraissaient comme un couple arrangé qui est obligé d'apprendre à s'aimer. Ce qui ne concorde aucunement avec leur histoire. Mon ressenti s'est donc retrouvé perturbé, comme si j'avais foncé dans un mur avec ces deux-là. Ce n'est pas que je ne les ai pas aimés, mais juste que leur relation ne m'a pas paru sincère.


La fin apporte beaucoup de doux à mon appréciation. J'ai aimé la construction, le combat épique entre Giliel et Brenlir, les joyaux, leur collaboration, je dirais même leur union. Bien que ça m'a semblé un peu précipité et facile, j'ai quand même vraiment aimé ce bout du livre et qui a mené à une belle conclusion. Le seul élément que j'aurais à dire sur cette fin, c'est que, même si c'est une belle finale pour la trilogie, j'aurais aimé qu'on voie plus Sabaya, Jonas, Caysen et Maelora et pas juste Dariane et Brenlir. Comme chaque tome a son couple, j'aurais bien aimé que ce troisième livre conclue la Chronique des Joyaux dans son entièreté et non pas que le Zénith Nacré.


Néanmoins, j'ai été satisfaite de cette série. Malgré quelques bas, plusieurs hauts m'ont fait plaisir et je n'ai pas de regret de l'avoir lu ni d'avoir acheté les suites. La plume de Mélanie est belle et ça m'a permis de découvrir une auteure d'ici. Je vous en conseille la lecture, afin que vous puissiez vous faire votre propre opinion. Peut-être trouverez-vous Caysen plus attachant que moi ou le couple de Dariane et Brenlir comme l'un de vos favoris. Qui sait ?


Vous pouvez acheter les trois tomes sur Amazon en cliquant ici.

Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page