top of page
  • Photo du rédacteurMione

En route vers nowhere de Sophie Laurin


TITRE : En route vers nowhere

AUTEURE : Sophie Laurin

MAISON D'ÉDITION : Éditions Hurtubise


GENRE LITTÉRAIRE : Contemporain Jeune adulte

NOMBRE DE PAGES : 282


SYNOPSIS : Été 1996. Sara et Sébastien, dix ans, se rencontrent à la cantine du camping où ils passent leurs vacances. Une slush lime-framboise bleue et un gel de cerveau plus tard, une amitié naît. Plusieurs années après, en quatrième secondaire, ils se retrouvent par hasard à la même école et renouent avec leur complicité d’enfance.


Été 2007. Sara et Sébastien partent pour un road trip au volant de Lucette, une voiture délabrée qui ferait le bonheur d’un ferrailleur. Au cours des onze dernières années, leur relation d’amitié a flirté avec l’ambiguïté et les malentendus, au grand regret de leurs familles et de leurs amis, convaincus qu’ils sont faits l’un pour l’autre. En quête d’aventure, les deux jeunes adultes ignorent encore que bien des surprises les attendent au détour du chemin.


En route vers nowhere est un roman d’amitié nourri aux poutines de casse-croûte et arrosé de café imbuvable de station-service. Une épopée romantique malgré les odeurs de bière tablette et de corps qui transpirent sous la canicule d’été. Une histoire du temps des compilations gravées sur CD et des cellulaires pas très intelligents.





MON AVIS :


Je me suis procuré ce roman le 12 août à l'occasion de l'achat de livre québécois. La couverture magnifique et la quatrième de couverture m'ont assez charmé pour que j'embarque dans l'aventure de Sara et Sébastien. J'avais particulièrement hâte de découvrir l'histoire, mais le tout ne s'est pas passé complètement comme prévu.

Le récit de Sara et Sébastien est parsemé d'une nostalgie indiscutable qui fait du bien. Pour ceux qui ont plus de vingt ans, vous plongerez dans votre passé tout le long du roman. Passant par MSN, aux Backstreet Boys et Spice Girls, aux lecteurs CD - notamment celui de Star Académie que l'auteure semblait connaître par coeur, je salue ça - jusqu'aux petits détails comme les forfaits de cellulaires qui, eux, je vous le rappelle, avaient un clapet ou un clavier qu'il fallait slider. Oui, oui. L'ambiance est superbe. J'ai vraiment eu l'impression de faire un saut dans le temps et pas dans le style que j'allais dans un livre qui datait et qui avait été écrit en 2007. Non, au contraire, en 2020, l'auteure a réussi à nous faire revivre le milieu de cette première décennie du 21ème siècle. C'est, à mon avis, l'élément point fort du livre.


L'histoire, quant à elle, est assez simple et prévisible. Le road trip amène certaines péripéties amusantes, comme le melon d'eau ou le camping avec Suzanne, mais également certaines répétitions et moments que je dirais "flat", par exemple, lorsqu'ils s'achètent à manger ou s'installent pour dormir. Ce n'est pas des passages extraordinaires à l'histoire et ils y sont assez souvent. Lucette, la voiture qui en arrache, apporte des passages drôles et détend l'atmosphère du récit. Néanmoins, j'aurais aimé plus d'actions. Un mini-accident par exemple ou un vol? Voir Sara et Seb se perdre aurait également été intéressant. Mais non. Il n'y a pas de rebondissement important dans l'histoire outre quelques jalousies amoureuses qui devenaient redondantes à la fin. Pour une histoire de road trip, il manquait cruellement d'aventure. Même la fin, lorsqu'il se passe enfin quelque chose, le tout est précipité et rapidement tassé pour le retour des personnages à Montréal. Plusieurs opportunités manquées.


Le roman comporte également deux périodes narratives par Sara. La première, au présent lors de ses vacances avec Sébastien et la deuxième, dans le passé durant son enfance - pour raconter sa rencontre avec le jeune homme - et son adolescence - avec Marjorie et Seb pour parler de ses sentiments amoureux. Ces retours en arrière étaient intéressants, mais au bout d'un moment devenaient répétitifs, surtout parce qu'on comprend les sentiments de Sara envers son meilleur ami, même si celle-ci continue de les cacher voire même de les nier.

Mon principal problème avec le livre a été les personnages principaux, soit Sara et Sébastien. C'est la raison pour laquelle la note est aussi basse. Séparément, ils sont attachants. Sara est un peu naïve, douce, gentille et amicale. Elle a un grand coeur et manque légèrement de spontanéité. Seb quant à lui maitrise parfaitement l'ironie et le sarcasme, est généreux, également gentil et amical avec un grand coeur et contrairement à sa meilleure amie, est assez spontané. C'est ensemble que le tout se complique. Les deux personnages sont assez susceptibles. Lorsqu'un fait un commentaire, l'autre réplique ou boude un peu. Ça manque de maturité. Eux qui sont supposés être amis depuis des années, n'ont aucune complicité. Tellement que par moment, ça m'est devenu malaisant. J'ai senti beaucoup plus de chemistry entre JP et Sara lorsque celui-ci vient se plaindre de Noémie que durant tout le roman entre les deux supposés meilleurs amis. Ils sont censés bien se connaître, mais quand un agit d'une manière différente de l'autre, il y a toujours un commentaire désagréable qui vient se placer. Ou lorsqu'ils jouent et qu'ils ne réussissent pas à s'amuser, un silence s'installe au lieu de rire. Voilà le problème : ça manquait de joie.

La quatrième de couverture parle d'une histoire sur l'amitié, qui se transforme en amour. Ce n'est pas un mensonge. Mais même l'amitié des deux personnages n'est pas crédible. Je n'ai pas senti la complicité que j'avais avec mon meilleur ami et c'est ce qui a dérangé le plus ma lecture. De plus, chaque moment mignon est coupé par un moment malaisant, ce qui rend le tout assez lourd et désagréable. Je crois que c'est pour amener une touche de réalisme, mais trop c'est comme pas assez.

À aucun moment du récit je n'ai senti d'amour entre Sara et Sébastien. Je les voyais comme un frère et une sœur qui ne s'entendent pas toujours bien. C'est étrange sachant qu'ils ont des sentiments l'un envers l'autre. En fait, durant tout le livre, ça tourne autour du pot avec ce sujet. Ils s'aiment, mais se le cachent. Sara est en mode "Je l'aime. C'est juste mon meilleur ami. Je l'aime. C'est juste mon meilleur ami." Embarque ensuite la jalousie des deux côtés et la roue tourne et tourne encore. Pour des amis de longue date, ils n'ont pas le sens de la communication et à la fin je me suis dit que jamais ils n’allaient réussir à sortir ensemble pendant une longue période. C'est dommage, parce que le but du livre était de nous faire croire à leur histoire d'amour. Mais à mon avis, c'est complètement raté.

L'histoire avait un énorme potentiel, notamment grâce à la plume de l'auteure et à la nostalgie qu'elle a réussi à installer, mais la relation entre les deux personnages principaux et le manque de vitalité dans le road trip ne m'ont pas convaincu.

55 vues0 commentaire

Comments


Bannière_Mione.png
bottom of page