top of page
  • Photo du rédacteurMione

Sextos d'Ariane Charland


TITRE : Sextos

AUTEURE : Ariane Charland

MAISON D'ÉDITION : Éditions de Mortagne

COLLECTION : Collection Tabou


GENRE LITTÉRAIRE : Jeunesse

NOMBRE DE PAGES : 328


SYNOPSIS : Anthony Lavoie, le beau skater avec qui je texte en secret (il a une blonde, mais ce n’est qu’une question de temps avant qu’il la laisse), m’a envoyé une photo de lui… torse nu!


Il est trop parfait ! Je ne peux pas croire qu’il s’intéresse à une fille comme moi. S’attend-il au même genre d’image de ma part (même s’il dit que non) ? Si je ne lui rends pas la pareille, me trouvera-t-il plate? Pas assez game ? J’aimerais tant le faire rêver comme il me fait rêver.

Je n’ai qu’à m’organiser pour qu’on ne me reconnaisse pas. Après tout, il va la garder pour lui, j’ai confiance! Même s’il s’arrange toujours pour éviter mon regard, à l’école…


Transférer des photos osées d’un ou une mineure est criminel : il s’agit de distribution de pornographie juvénile, ce qui est passible d’une condamnation. Qui plus est, les gens touchés sont souvent victimes d’intimidation, de moqueries et de harcèlement. Ces images sont privées, et seule la personne photographiée peut en disposer à sa guise.


JE REMERCIE LES COMMUNICATIONS JULIE LAMOUREUX AINSI QUE LES ÉDITIONS DE MORTAGNE POUR L'ENVOI DE CE LIVRE EN SERVICE DE PRESSE.





MON AVIS :


J'ai eu la chance de lire tous les romans Tabou d'Ariane Charland et une chose qui revenait souvent à ma lecture c'est le degré d'émotion et la fluidité des textes de l'auteure. Même si j'ai moins aimé l'un de ses romans, il y a toujours quelque chose qui me plaît, que ce soit au niveau des personnages, de l'histoire ou simplement de la plume d'Ariane qui se lit si bien.

Sextos est le cinquième roman de la collection écrite par l'auteure et encore une fois, elle est arrivée à me faire ressentir tellement de choses à travers ses pages.


Je dois par contre aviser les lecteurs, un élément "spoiler" est présent dans cette critique concernant le personnage masculin du récit. Si vous n'avez pas lu ou vous ne souhaitez pas être spoiler, je vous conseille de lire le roman et de revenir sur cette critique par la suite.

Dans cette histoire, on parle du danger des sextos, mais principalement sur l'envoi de photo nu, communément appeler nudes à quelqu'un. Ariane Charland n'est pas moralisatrice, elle n'a pas dit dans son livre que ce n'est pas quelque chose à faire, que si ou que ça, non, elle sensibilise sur le sujet, surtout lorsqu'il est question de mineurs. Même si on ne voit pas le visage ou un élément qui permet de dévoiler l'identité, reste que cela peut être dangereux. Entre de mauvaises mains, ce genre d'image peut briser une vie, voire plusieurs et être particulièrement dangereux. Et ça, au fil de l'histoire, Romane l'a bien comprise.

Le roman contient deux voix, deux perspectives d'une même situation. D'un côté, nous retrouvons Romane qui discute avec Ghostface qu'elle croit être son crush Anthony Lavoie. De l'autre, on retrouve Ghostface qui est en réalité un jeune adolescent nommé Cédric qui est amoureux de Romane, mais qui est trop timide - et rejeté des autres - pour faire le premier pas. Le mensonge prend sa place et Romane croit dur comme fer qu'elle parle à Anthony. Bien que l'auteure ait comme sujet la distribution de pornographie juvénile pour son cinquième roman Tabou, l'inquiétude que ressent le lecteur en visualisant la conversation entre Romane et Ghostface est palpable. Personnellement, j'ai penser à Détruiresdesvies.com de Dïana Bélice qui, dans son roman, sensibilisait sur la cyberprédation, car il faut se l'avouer, Romane a fait confiance à Ghostface plutôt rapidement. Bien que le lecteur sache qui se cache derrière le pseudonyme, Romane accepte le fait que ce soit son crush sans se poser d'autres questions et surtout, sans se douter que ça pourrait être n'importe qui derrière le pseudo tiré de Scream.

Le personnage de Cédric, bien qu'il est le "méchant", le menteur, m'a apporté beaucoup de sympathie. C'est un garçon qui est rejeté des autres, qui n'a pas vraiment d'amis outre Gabriel qui le manipule et l'influence beaucoup. En étant influençable et inquiet de perdre son seul ami, Cédric fait un peu tout ce que Gab lui demande, pour être "cool". On comprend vite qu'en fait, "Ghostface" est juste amoureux de Romane, mais comme elle est aussi rejetée de ses pairs pour son style vestimentaire, il avait peur d'aller la voir. On voit donc l'insécurité du personnage et il fait pitié jusqu'à la fin. Oui, il a fait quelque chose de pas correct en transférant l'image de Romane à son meilleur ami en qui il avait confiance. Mais s'il doit y avoir un méchant, c'est Gabriel qui, sans valeur, ne se souciait pas des femmes. Malgré tout, Cédric doit payer pour son geste illégal qui aurait pu et peut encore gâcher la vie de Romane. Un clic, un envoi. C'est ce que l'auteure a essayé de démontrer dans son livre. Une simple photo peut tout gâcher.

J'ai parlé un peu des personnages, mais pas beaucoup de Romane. Certains lecteurs pourraient la trouver naïve ou même la juger pour sa décision, mais notre société s'est construite dans l'idée que ce sont les victimes qui devraient être pointées du doigt et non pas ceux qui partagent les informations censées être privées. J'ai vu la protagoniste de Sextos comme étant une jeune adolescente qui veut plaire, qui est amoureuse. Elle est un peu naïve, oui, comme les jeunes de son âge. Cela aurait pu être dangereux, effectivement. Mais quand on manque de confiance en soi, c'est normal d'agir comme Romane l'a fait. C'est pour cette raison que j'ai beaucoup aimé ce personnage, ainsi que la relation amicale qu'elle entretient avec Laurent et Éléonore qui sont deux extraordinaires amis. Même si Éléonore juge un peu son amie - le garçon aussi - elle dit ça pour faire comprendre des choses à Romane, pas pour la blesser, elle tente, à sa façon de l'aider. La relation du trio apporte des rires, des "aww", mais beaucoup d'amour. J'ai adoré les scènes lorsqu'ils sont ensemble.


J'ai également deux autres petits points positifs que je vais passer très rapidement, juste des clins d'oeil. La scène avec le professeur (d'histoire, je crois), c'était magnifique. J'ai aimé comment Romane en a appris et qu'elle s'est sentie protégée dans un certain sens. J'ai beaucoup aimé comment le tout était construit. L'autre point, c'est la référence à The Nightmare before Christmas. Je ne vous dis pas où, mais si vous avez lu et avez passer par-dessus, oups !

Maintenant, l'unique élément négatif que j'ai à donner au livre et c'est la raison pour laquelle ce n'est pas une note parfaite. J'ai trouvé que le côté "criminel" et le processus avaient été tassés et pas assez présents. J'aurais aimé en savoir plus, les procédures, les risques, les condamnations quand on est adolescents, quand on est adulte, comment Romane a été capable de passer par-dessus tout ça. Et même si l'épilogue nous donne un petit aperçu du "après", le sujet reste la distribution de pornographie juvénile, qui est quelque chose de très grave. On voit l'impact sur Romane et son entourage, mais qu'en est-il du côté légal ? C'est un petit quelque chose que j'aurais aimé plus en profondeur.


Sextos est un très bon roman Tabou et même si mon préféré d'Ariane reste Psychose, j'ai adoré mon moment auprès de Romane et Cédric. Les émotions, la construction narrative, tout se fait si fluidement qu'on ne peut s'empêcher de lire le roman d'un seul trait. La journée où Ariane Charland arrêtera d'écrire des romans pour la Collection, ce sera un deuil à faire.

262 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentários


Bannière_Mione.png
bottom of page